Avoir développé un TOC suite à une addiction

Forum peur, terreur, appréhension, crainte, psychologie peur
Berserkerhhhhhhhh
Messages : 6
Inscription : 28 juin 2020, 09:37

Avoir développé un TOC suite à une addiction

Message par Berserkerhhhhhhhh »

Bonjour,
Je suis un jeune de 19 ans et il faut savoir que je suis très addict au porno depuis mon adolescence, même quand je travaillais encore je me masturbais beaucoup sur du porno parfois au travail etc et je suis un jeune homme nerveux de nature et plutôt anxieux.
Avec le confinement j'ai sombré de plus en plus dans mon addiction jusqu'à me masturber 10 fois par jour si ce n'est plus, une habitude compulsive et j'ai été de plus en plus attiré par certaines déviances (porno shemale etc) jusqu'à entamer une période de sevrage car j'avais estimé que c'était beaucoup trop mauvais d'être autant accro au porno.
Et une nuit je suis tombé sur les vidéos d'une personne sur Pornhub je continuais à consulter ces vidéos en question jusqu'à apprendre que c'était une mineure de 13 ou 16 ans. Bref j'ai entamé un sevrage ça a été mon déclic j'avais compris qu'il y avait un problème. J'ai eu plusieurs rechutes et mon TOC commençait à se manifester celui de me demander si j'étais pédophile ou attiré par les jeunes filles. À partir de là je n'ai fait que alimenter ces pensées là bêtement et inconsciemment en plus de ne pas prendre mon sevrage au sérieux.
J'avais toujours cette curiosité d'aller consulter les vidéos de cette mineure en question je commençais à oublier ce TOC et ces obsessions je commencais à aller mieux.
Mais j'ai enfoncé le clou un soir je me masturbe sur les vidéos de la mineure en question, et alors là une descente aux enfers je n'ai fait que alimenter ces pensées en devenant parano. Dans la rue je me posais des questions je me disais est-ce que t'as ça en toi, est-ce que t'es attiré par tel ou tel fille mineure etc. J'avais même peur car dans le train j'avais croisé une jeune lycéenne et j'avais l'impression d'avoir une attirance sexuelle. Puis ma conscience m'as rattrapé, et j'ai compris jusqu'où mon addiction au porno ou ce TOC m'avait ramené.
Jusqu'à ressasser des souvenirs anciens notamment celui de quand j'avais 14 ans et avec un garçon plus petit de 8 ans on visionnait du porno ensemble que je lui avais montré mon sexe et qu'il s'était permis de le toucher. Où quand mon père me montrait son pénis alors que j'étais un enfant, que mes parents faisaient l'amour devant moi en pleine nuit. Mon père qui forçait ma mère à avoir des rapports sexuels.
Je me disais mais oui tu as connu tout ça peut-être que tu es réellement pédophile etc alors que pas du tout. Je n'ai jamais fait subir ce genre de chose même en étant ado, et j'étais con à cette époque.
Je me pose moins ces questions là quand je sors dehors et il faut avouer que j'y pense un peu moins. Mais parfois ça revient toujours, j'ai cette obsession en moi et j'ai peur que ça s'aggrave avec le temps.
Ma question est la suivante, vu que c'est arrivé suite à une malencontreuse expérience lié à mon addiction. Avec un sevrage du porno et de la masturbation ces pensées là vont disparaître ? Car j'en suis toujours anxieux.
Je suis allé voir un psychologue mais il a renforcé mes angoisses en cautionnant le fait que ce que j'avais fait n'était pas grave bref un grand malade.
Ce qui est triste dans l'histoire c'est que je me suis moi-même torturé mentalement consciemment et bêtement.

Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15415
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Avoir développé un TOC suite à une addiction

Message par Dubreuil »

J'ai eu plusieurs rechutes et mon TOC commençait à se manifester celui de me demander si j'étais pédophile ou attiré par les jeunes filles. À partir de là je n'ai fait que alimenter ces pensées là bêtement et inconsciemment en plus de ne pas prendre mon sevrage au sérieux.
J'avais toujours cette curiosité d'aller consulter les vidéos de cette mineure en question je commençais à oublier ce TOC et ces obsessions
*** Vous avez 19 ans, seriez-vous inquiet si vous étiez attiré par une femme de 40 ans ?

J'avais même peur car dans le train j'avais croisé une jeune lycéenne et j'avais l'impression d'avoir une attirance sexuelle.
*** Angoissé comme vous l'êtes, ce n'est pas étonnant, tout est prétexte.

Où quand mon père me montrait son pénis alors que j'étais un enfant, que mes parents faisaient l'amour devant moi en pleine nuit. Mon père qui forçait ma mère à avoir des rapports sexuels.
*** Vous avez subi un traumatisme sexuel. Ceci est considéré comme un viol psychique. La " scène primitive " devant un enfant, devant les yeux de l'enfant qui regarde ses parents forniquer est puni par la loi.
De plus, un rapport non consenti par la mère, est un VIOL évident.
De ce fait, vous avez subi vous-même, voyeur malgré vous, de véritables abus sexuels.
Votre père tombe sous le coup de la loi. Vous pouvez porter plainte.

Et de là vient la racine de votre addiction.

Je me pose moins ces questions là quand je sors dehors et il faut avouer que j'y pense un peu moins. Mais parfois ça revient toujours, j'ai cette obsession en moi et j'ai peur que ça s'aggrave avec le temps.
*** Tout comme certains pères ont des désirs d'inceste avec leurs propres filles quand elles commencent à devenir pubères, ( mais qu'ils refoulent très vite parce qu'ils ont une épouse, une amante, ou qu'ils savent qu'ils peut assouvir leurs instincts ailleurs, y compris internet ), vous êtes sain d'esprit, et votre liberté retrouvée, il y a de grandes chances que tout cela s'estompe. Surtout si vous avez une partenaire sexuelle de votre âge.

Ma question est la suivante, vu que c'est arrivé suite à une malencontreuse expérience lié à mon addiction. Avec un sevrage du porno et de la masturbation ces pensées là vont disparaître ? Car j'en suis toujours anxieux.
Oui, ces pensées récurrentes vont disparaître d'elles-mêmes avec la fin du confinement, mais vous pouvez consulter ANTONY, sexologue sur ce forum qui a déjà plusieurs fois abordé ce sujet dans ses pots.

Je suis allé voir un psychologue mais il a renforcé mes angoisses en cautionnant le fait que ce que j'avais fait n'était pas grave bref un grand malade.
*** Vous voulez dire qu'il vous a rassuré et que vous vous traitez vous-même de " grand malade " ? Ou bien c'est le psy qui a votre avis n'a rien compris, et est un grand malade ?
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.

Berserkerhhhhhhhh
Messages : 6
Inscription : 28 juin 2020, 09:37

Re: Avoir développé un TOC suite à une addiction

Message par Berserkerhhhhhhhh »

Dubreuil a écrit :
28 juin 2020, 20:35
J'ai eu plusieurs rechutes et mon TOC commençait à se manifester celui de me demander si j'étais pédophile ou attiré par les jeunes filles. À partir de là je n'ai fait que alimenter ces pensées là bêtement et inconsciemment en plus de ne pas prendre mon sevrage au sérieux.
J'avais toujours cette curiosité d'aller consulter les vidéos de cette mineure en question je commençais à oublier ce TOC et ces obsessions
*** Vous avez 19 ans, seriez-vous inquiet si vous étiez attiré par une femme de 40 ans ?

J'avais même peur car dans le train j'avais croisé une jeune lycéenne et j'avais l'impression d'avoir une attirance sexuelle.
*** Angoissé comme vous l'êtes, ce n'est pas étonnant, tout est prétexte.

Où quand mon père me montrait son pénis alors que j'étais un enfant, que mes parents faisaient l'amour devant moi en pleine nuit. Mon père qui forçait ma mère à avoir des rapports sexuels.
*** Vous avez subi un traumatisme sexuel. Ceci est considéré comme un viol psychique. La " scène primitive " devant un enfant, devant les yeux de l'enfant qui regarde ses parents forniquer est puni par la loi.
De plus, un rapport non consenti par la mère, est un VIOL évident.
De ce fait, vous avez subi vous-même, voyeur malgré vous, de véritables abus sexuels.
Votre père tombe sous le coup de la loi. Vous pouvez porter plainte.

Et de là vient la racine de votre addiction.

Je me pose moins ces questions là quand je sors dehors et il faut avouer que j'y pense un peu moins. Mais parfois ça revient toujours, j'ai cette obsession en moi et j'ai peur que ça s'aggrave avec le temps.
*** Tout comme certains pères ont des désirs d'inceste avec leurs propres filles quand elles commencent à devenir pubères, ( mais qu'ils refoulent très vite parce qu'ils ont une épouse, une amante, ou qu'ils savent qu'ils peut assouvir leurs instincts ailleurs, y compris internet ), vous êtes sain d'esprit, et votre liberté retrouvée, il y a de grandes chances que tout cela s'estompe. Surtout si vous avez une partenaire sexuelle de votre âge.

Ma question est la suivante, vu que c'est arrivé suite à une malencontreuse expérience lié à mon addiction. Avec un sevrage du porno et de la masturbation ces pensées là vont disparaître ? Car j'en suis toujours anxieux.
Oui, ces pensées récurrentes vont disparaître d'elles-mêmes avec la fin du confinement, mais vous pouvez consulter ANTONY, sexologue sur ce forum qui a déjà plusieurs fois abordé ce sujet dans ses pots.

Je suis allé voir un psychologue mais il a renforcé mes angoisses en cautionnant le fait que ce que j'avais fait n'était pas grave bref un grand malade.
*** Vous voulez dire qu'il vous a rassuré et que vous vous traitez vous-même de " grand malade " ? Ou bien c'est le psy qui a votre avis n'a rien compris, et est un grand malade ?

Oui justement je suis attiré par les femmes proche de la quarantaine sexuellement et physiquement.
Je sais qu'en réalité toutes ces pensées sont fausses je ne suis qu'un idiot angoissé et qui stresse pour rien à la base et tout cela a enfoncé le clou.
Ce psychologue en question est un grand malade parce qu'il me disait que le fait que je m'étais masturbé sur une fille mineure n'était pas quelque chose d'immoral et que je devais arrêter de me prendre la tête. Il cautionnait la pédophilie, le meurtre le viol bref ce psychologue est un grand malade.
Il a tenté de renforcer mes angoisses et mes pensées intrusives en me parlant de conflit psychique que j'avais peut-être réellement ces pulsions là en moi pour que je me questionne encore plus et que je finisse par me créer moi-même des troubles mentaux.
Par rapport à mon père oui c'est horrible ce qu'il a fait et toute cette jeunesse terrible que j'ai vécu me motive à me reprendre en main au plus vite car je n'en peut plus d'être une merde sans aucune estime de soi et d'amour propre.
Ces obsessions me reviennent surtout quand je tente de faire une sieste l'après-midi mais en vérité c'est accompagné en général d'une émotion négative lié au fait que je n'ai aucune vie sociale, pas d'amis que j'ai perdu mon boulot que je n'ai pas confiance en moi bref.

Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15415
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Avoir développé un TOC suite à une addiction

Message par Dubreuil »

NB. Ne remettez pas les messages, reprenez ( comme moi ) directement les phrases qui vous ont interpellé. C'est plus simple.

Oui justement je suis attiré par les femmes proche de la quarantaine sexuellement et physiquement.
*** Alors pourquoi ne pas admettre que TOUT ce qui évoque la féminité ( jeune et moins jeune ) est un signe de bon équilibre masculin !

Ce psychologue en question est un grand malade parce qu'il me disait que le fait que je m'étais masturbé sur une fille mineure n'était pas quelque chose d'immoral et que je devais arrêter de me prendre la tête. Il cautionnait la pédophilie, le meurtre le viol bref ce psychologue est un grand malade.
*** En effet ce psy est un pervers.
Beaucoup de psys se sont instaurés psy sans faire d'études préalables, ni d'analyse personnelle. Qu'était-il marqué sur la plaque de cet individu ?

Par rapport à mon père oui c'est horrible ce qu'il a fait et toute cette jeunesse terrible que j'ai vécu me motive à me reprendre en main au plus vite car je n'en peut plus d'être une merde sans aucune estime de soi et d'amour propre.
*** Il est important que vous cessiez de vous traiter de la sorte, alors que rien ne vous incombe, les responsables sont les adultes qui ont perverti votre innocence de petit garçon.
Vous reprendre en main seul, est impossible parce qu'il nous faut un " tiers " pour nous écouter et nous proposer des pistes de réflexion que nous ne pouvons pas avoir puisque nous restons " enfermés " dans nos déductions qui ne peuvent que tourner en rond. Des séances de EMDR pourraient vous être très profitables, mais auparavant regardez si votre thérapeute fait partie de la liste des diplômés de EMDR FRANCE.
Si vos parents sont encore vivants, il est important que vous leur écriviez une lettre pour leur dire que vous condamnez ce qu'ils vous ont fait subir.
Lâchez vous ! Dites ce que vous avez sur le coeur. Ne vous laissez pas aller à la peur ou la pitié, ils vous ont massacré sans aucun remords. Et chacun doit un jour ou l'autre remis en face de ses actes criminels.

Ces obsessions me reviennent surtout quand je tente de faire une sieste l'après-midi mais en vérité c'est accompagné en général d'une émotion négative lié au fait que je n'ai aucune vie sociale, pas d'amis que j'ai perdu mon boulot que je n'ai pas confiance en moi bref.
*** Vous êtes trop jeune pour faire une sieste l'après-midi ! Sortez flâner dehors, ou marchez d'un bon pas, et dites-vous qu'une vie sociale se reconstruit, qu'un boulot se retrouve, et que si vous cessez de vous appesantir sur vous-même en vous dépréciant, la confiance en vous ( que vous n'avez sans doute jamais eue ! ) va très vite arriver.
Courage, ce qui est passé est passé, mais chaque matin est un nouvel espoir, et sa propre vie à construire.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.

Berserkerhhhhhhhh
Messages : 6
Inscription : 28 juin 2020, 09:37

Re: Avoir développé un TOC suite à une addiction

Message par Berserkerhhhhhhhh »

*** En effet ce psy est un pervers.
Beaucoup de psys se sont instaurés psy sans faire d'études préalables, ni d'analyse personnelle. Qu'était-il marqué sur la plaque de cet individu ?

C'était marqué psychologue clinicien il me semble qu'il est diplômé d'un Master 2 en psychologie clinique, même si je pense surtout que c'est réellement un pervers pour cautionner des choses aussi horribles.

*** Il est important que vous cessiez de vous traiter de la sorte, alors que rien ne vous incombe, les responsables sont les adultes qui ont perverti votre innocence de petit garçon.
Vous reprendre en main seul, est impossible parce qu'il nous faut un " tiers " pour nous écouter et nous proposer des pistes de réflexion que nous ne pouvons pas avoir puisque nous restons " enfermés " dans nos déductions qui ne peuvent que tourner en rond. Des séances de EMDR pourraient vous être très profitables, mais auparavant regardez si votre thérapeute fait partie de la liste des diplômés de EMDR FRANCE.
Si vos parents sont encore vivants, il est important que vous leur écriviez une lettre pour leur dire que vous condamnez ce qu'ils vous ont fait subir.
Lâchez vous ! Dites ce que vous avez sur le coeur. Ne vous laissez pas aller à la peur ou la pitié, ils vous ont massacré sans aucun remords. Et chacun doit un jour ou l'autre remis en face de ses actes criminels.

Mes parents sont encore en vie oui et je vis uniquement avec ma mère. Je vais me renseigner sur ces séances de EMDR. Je ne pense pas que le psychologue en question que je suis allé voir est diplômé en EMDR même si je compte couper les ponts avec cette personne.

*** Vous êtes trop jeune pour faire une sieste l'après-midi ! Sortez flâner dehors, ou marchez d'un bon pas, et dites-vous qu'une vie sociale se reconstruit, qu'un boulot se retrouve, et que si vous cessez de vous appesantir sur vous-même en vous dépréciant, la confiance en vous ( que vous n'avez sans doute jamais eue ! ) va très vite arriver.
Courage, ce qui est passé est passé, mais chaque matin est un nouvel espoir, et sa propre vie à construire.
[/quote]

Oui c'est clair que je suis trop jeune pour faire des siestes l'après-midi :lol:
Merci beaucoup pour vos conseils ça me fait vraiment plaisir.

Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15415
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Avoir développé un TOC suite à une addiction

Message par Dubreuil »

Je vais me renseigner sur ces séances de EMDR. Je ne pense pas que le psychologue en question que je suis allé voir est diplômé en EMDR même si je compte couper les ponts avec cette personne.
*** C'est un pervers. Et pour éviter tout charlatan, ne vous confiez qu'à des professionnels dont vous pouvez contrôler leur cursus : EMDR/FRANCE
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.

Berserkerhhhhhhhh
Messages : 6
Inscription : 28 juin 2020, 09:37

Re: Avoir développé un TOC suite à une addiction

Message par Berserkerhhhhhhhh »

Ah oui une dernière question, quand je visionne à la télé un enfant ou un bébé automatiquement ça provoque des pensées intrusives dans ma tête et des représentations qui me provoquent de l'angoisse et du coup je réalise ce rituel de fermer les yeux tenter de faire une sieste et une voix dans ma tête me fait ruminer je me dit mais tu as vraiment eu ces pensées là les idées noires s'amplifient et ça provoque une panique au fond de moi. Je pense que la réponse est évidente mais il faut que je brise les rituels et notamment mettre un terme à mes addictions pour ne plus avoir ces émotions négatives et me débarrasser de ce TOC ? Pour être franc je constate une réelle amélioration depuis que ce TOC est apparu il y a un mois.

Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15415
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Avoir développé un TOC suite à une addiction

Message par Dubreuil »

Oui, bon. Vous parlez là de toute autre chose. Les êtres humains ne sont pas " linéaires " quand ils viennent au monde. Certes ils évoluent grâce à leur éducation, mais aussi parce qu'ils ont en eux des potentialités, des tendances, des façons d'être et de penser qui font partie de leur héritage génétique.
Et TOUS nous avons en nous des " pulsions " qui nous poussent à réagir ( tout d'abord de façon inconsciente ) face à la frustration, la douleur, le désir, le plaisir.
Freud a écrit que l'enfant est un pervers polymorphe. Ce qui veut dire que d'emblée à la naissance nous avons des pulsions plus ou moins sadiques. Et tout dépendra de la façon dont la vie nous façonnera. C'est l'éducation des parents ou des substituts, leur affection ou leur indifférence, qui va plus ou moins déterminer leur comportement psychique futur.

" quand je visionne à la télé un enfant ou un bébé automatiquement ça provoque des pensées intrusives dans ma tête et des représentations qui me provoquent de l'angoisse et du coup je réalise ce rituel de fermer les yeux tenter de faire une sieste et une voix dans ma tête me fait ruminer je me dit mais tu as vraiment eu ces pensées là les idées noires s'amplifient et ça provoque une panique au fond de moi. "

*** Ce n'est qu'une transposition de ce que l'inconséquence de vos parents indignes vous ont fait subir.
Qu'importe la façon dont cela s'est produit, l'important EST ce qu'il en reste, VOTRE TRAUMATISME PSYCHIQUE. Cet impact a perverti vos pensées, et malgré vous, votre éducation sexuelle a été faite sur un mode pervers ( voyeurisme, brutalité, violence, abus sexuel... )
Votre inconscient a gardé en lui cet impact du sadisme.
Comme vous n'avez jamais parlé de cela a un psy neutre et bienveillant, vous n'avez pas été en mesure de le comprendre, de l'approfondir, et de le " régler " émotionnellement. Donc il attend, et s'impose à vous pour être résolu.
Un traumatisme peut rester silencieux des années et ressurgir brutalement d'un seul coup sous différents symptômes ( addictions, rituels, tocs, maladies psychosomatiques... )
Vos idées " sadiques ", vos pensées " coupables ", ne sont que des échos du passé, majorés par le fait qu'initialement ( comme chaque être humain ) pour aviez déjà au préalable, et d'une façon inconsciente la nécessité de survivre à des traumatismes sexuels générés par vos parents.
Pour ne pas vous laisser envahir, en perdre le goût de vivre, vous mettez en place une sorte de processus de " vengeance " mentale, ou vous attribuez à plus faible que vous ( les enfants ) le sort peu enviable de victimes innocentes, comme vous l'étiez au moment de vos traumatismes.

Des milliers de personnes ont ainsi des " pensées parasites " où sans le vouloir, surgissent en elles des scènes-catastrophes, des images de sévices, de tortures, et par ex. la mort des personnes qu'elles aiment, etc... mais elles ne sont pas angoissées comme vous, elles peuvent facilement refouler leur sadisme sans épouvante ni culpabilité.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.

Berserkerhhhhhhhh
Messages : 6
Inscription : 28 juin 2020, 09:37

Re: Avoir développé un TOC suite à une addiction

Message par Berserkerhhhhhhhh »

Je vois, mais ces pensées là vont elles disparaître avec le sevrage du porno et de la masturbation ? Ou bien si je ne consulte pas de psychologue ça risque de s'aggraver ? Ça m'inquiète vraiment même si ça commence à partir petit à petit :cry:

Berserkerhhhhhhhh
Messages : 6
Inscription : 28 juin 2020, 09:37

Re: Avoir développé un TOC suite à une addiction

Message par Berserkerhhhhhhhh »

Bonne nouvelle j'ai prit rdv avec un psychiatre le 10 juillet, ce TOC commence à disparaître petit à petit même si j'ai toujours cette obsession en tête et ces pensées intrusives. ;) j'entame en parallèle un sevrage du porno et de la masturbation.

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum peur »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité