Je m'invente un monde imaginaire

Forum fantasme, psychologie fantasme
Eloise25

Je m'invente un monde imaginaire

Message par Eloise25 »

Dans ma vie, j'ai deux vies: l'une réelle où j'étudie, je recherche un emploi, j'ai 2-3 amis, ma famille et quelques loisirs solitaires et puis il y a l'autre vie. Enfin, ce n'est pas réellement une deuxième vie. J'imagine plutôt tout un autre monde, je m'invente un monde imaginaire et cela depuis toute petite. Certes, ce monde imaginaire a changé au fil du temps (changements les règles, les personnes, la façon dont j'imagine ce monde) mais il est toujours très présent dans ma vie.
J'imagine des épisodes autours d'une personne, une jeune femme qui est belle, sociale, juste, coquine, très intelligente, avec des côtes plus sombres. Cette femme est tout ce que je souhaiterai être et tout ce que je ne suis pas. Ces épisodes se passent dans un monde totalement fictif (autre galaxie, avec des dieux, des sorciers, des mortels et immortels ...).
Imaginer n'est pas mal en soi mais pour moi, cela prend trop de place dans ma vie. Je peux me mettre à imaginer n'importe où: durant mes cours, devant un film, dans le métro, avant de m'endormir ou encore dans l'après-midi où je me plonge dans le noir dans ma chambre, je m'allonge sur mon lit avec mon lecteur MP3 et j'imagine des aventures (souvent les mêmes, que je modifie )et cela peut durer 2-3 heures.
J'ai déjà voulu m'en débarrasser de ça, j'ai tué "symboliquement" cette femme, imaginé que moi, Eloise, je lui plantais un poignard dans le corps ainsi qu'à cet homme que j'image, son compagnon. Mais je les fais revenir car dans ce monde imaginé, j'ai illusion d'être aimé, d'être comprise, d'être aimée, d'être parfaite. Enfin, je sais que dans ce monde, mon réel moi serait seule et que c'est cette femme imaginée, que je prétends être, qui est appréciée. Je sais tout cela mais je ne peux m'empêcher de continuer d'imaginer car le plus souvent, après avoir imaginé, je me sens bien. Néanmoins, quelques fois j'ai vraiment consciente de la brutalité de la réalité: ce monde n'existe pas et je suis pitoyable.
J'écris ce message pour comprendre pourquoi j'imagine un monde totalement fictif. Je précise que mes parents et mes soeurs m'aiment, que j'ai eu une bonne enfance (à part le collège) mais c'est vrai que dans la vie les autres personnes ne m'apprécient pas tellement. Je sais qu'on se méprend sur mes actes, qu'on leurs prête de mauvaises attentions, j'essaie d'être une fille bien mais il faut croire que je suis à côte de la plaque. D'un côté, je n'ai pas à me plaindre de ma vie, je suis souvent heureuse mais d'un autre côté, j'ai quelques fois mal que j'en pleure les larmes de mon corps. Je n'arrive pas à lacher ce monde imaginé, je n'en ai pas envie. Pourquoi ?
Avatar de l’utilisateur
nicole dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 2859
Inscription : 07 sept. 2010, 11:20
Ville : La Clayette

Re: Je m'invente un monde imaginaire

Message par nicole dubreuil »

Parce que d'un certain côté, pour vous " protéger de quelque chose d'inconscient " vous êtes restée dans le domaine de l'enfance.
Vous ne pouvez pas encore " grandir " et affronter la vie.
C'est avec un psy qu'il faut en parler pour trouver les racines de vos " consolations " infantiles.
Elodie2005
Messages : 1
Inscription : 20 avr. 2016, 12:55

Re: Je m'invente un monde imaginaire

Message par Elodie2005 »

Bonjour Eloise,
C'est incroyable comment je me retrouve dans tout ce que vous dites ! :shock: J'ai 19 ans et depuis que je me rappelle, je me plonge dans ce monde imaginaire: le soir quand je vais me coucher, le matin quand je vais me lever... puis dès que je trouve du temps (comme dans le métro).Je m'y sens bien. Je m'imagine avec toutes les qualités parfaites. Je m'imagine aimée, comprise. Moi aussi tout a évolué, ce qui est normal vu que nous devenons mûres avec le temps. Au début, je ne m'en souciais pas... C'est de cette manière que je m'occupais, petite, quand je jouais. A 19 ans, je commence à me poser des questions. Je n'arrive pas à m'en détacher. Est-ce la solitude ? Est-ce l'incompréhension ? Suis-je tout simplement réveuse ? Pour le moment ça ne me gène pas d'avantage mais j'ai peur qu'un jour ça finisse par prendre beaucoup trop de place.
Pourtant, rien ne me manque... J'ai une famille attentionnée, je m'y sens aimée, pas d'antécédents, pas de faits marquants, enfance heureuse... Bon, il est vrai que je n'ai jamais su me trouver une vraie amie, j'ai toujours eu des amis de passage, avec qui je peux passer du temps, mais jamais quelqu'un à qui j'aurai donner mon entière confiance. Pourtant j'essaye d'aller vers les gens, de faire comme les autres, mais souvent on me juge mal et on m'écarte avant même de me connaitre. Aujourd'hui, j'ai peur de m'attacher à des gens, parce que toutes les personnes auquelles j'étais attachée en ont profité pour me blésser. C'est peut être ma seule faiblesse aujourd'hui.
J'avoue n'avoir jamais parlé à personne de tout ce que je m'imagine, parce que ça ne pèse pas dans ma vie et que je n'ai pas trouvé la bonne personne: j'ai toujours pensé qu'on ne me comprendrai pas.
Sache que tu n'es pas seule. ;)
Je souhaite juste me comprendre :D Si je me protège de quelque chose, je ne sais réellement pas de quoi...
VanEyck
Messages : 1
Inscription : 19 janv. 2018, 22:14

Re: Je m'invente un monde imaginaire

Message par VanEyck »

Bonjour Eloise25 et Elodie2005 ,

je tombe par hasard sur vos messages et je m’y reconnais parfaitement. Cela me rassure car malgré mes 24 ans, je m’imagine toujours un monde imaginaire avec des scénarios qui évidemment me valorisent, comme quand j’étais enfant.
Tout comme vous deux, j'ai pourtant une vie qui me rend plutôt heureux. Cependant, je ne peux pas m’empêcher de m’y réfugier et justement surtout quand tout va bien. C’est lorsque je suis le plus heureux que j’y vais contrairement à ceux qui, comme j’ai pu lire sur d’autres forums, s’imaginent une autre vie pour mieux vivre leurs souffrances.
En fait, aller dans ce monde me permet d’exprimer la joie que je n’arrive pas à exprimer au quotidien. Quand je suis dans la vie ‘normale’, j’ai conscience de la société, de ses codes, et je conçois tout à fait qu’une personne trop joyeuse, trop expressive, peut vite être oppressante pour les autres. Alors, durant toute la journée, je suis souriant mais sans en faire trop et une fois seul, quand je rentre, je vais dans ce monde où j’exprime ce trop plein d’émotions. Je peux ‘entrer dans ce monde’ tout en faisant autre chose, ça n’a pas d’impact sur mon quotidien.
Aussi, quand j’y retourne, j’ai comme une impression de retrouver ma ‘vie d’avant’. Pas mon passé d’enfant, mais plutôt ma “vie passé” comme une vie que j’aurais vécu. Bien que je ne crois pas forcément à la théorie de la réincarnation, aller dans ‘mon monde’ où je suis tout puissant et aimé me permet de retrouver ma ‘puissance passée’.
Dans ce monde, il y a le bien, de la beauté, de l’amour, mais aussi du mal, de la souffrance. C’est un monde complexe mais au final ‘tout se termine bien’. Il n’y a pas de violence à proprement parler. Il y a évidemment beaucoup de magie et les choses se font de façon très fluides, rapides. Et ce n’est pas un monde flou, c’est un endroit plutôt précis que je ‘forge’ avec des connaissances historiques et les personnages qui le peuplent sont issus de mes rencontres, de films et de ma propre imaginaire.
Alors évidemment, j’ai conscience que tout ça n’est pas réel et j’accepte avec joie d’avoir une si grande imagination. Mais j’ai juste l’impression que je suis bizarre, que je ne n’ai pas passé le stade d’enfant qui vit encore dans ses rêveries. Pourtant, je suis pas frustrée dans ma vie, et je ne me complais pas dans mes rêveries. Je fais d’ailleurs tout pour être le plus responsable et terre-à-terre possible. Mais je me dis que je dois être le seul dans mon cercle à être comme ça … Et ça me fatigue ….
Après, je ne sais pas pour vous deux, mais je suis plutôt sensible et du coup, quand je me sens jugé, je ne dis rien, je garde, et quand j’arrive dans ce monde, en plus d’exprimer ma joie, je peux exprimer ma tristesse. (beaucoup d’émotions, je sais …) Car j’aimerais tellement être bien avec tout le monde et ce ne semble pas possible dans le réel donc je vais dans l’imaginaire. Le rêve est sans doute un moyen d’accepter ‘ce deuil’ relationnel. Mais j’ai l’impression qu’il y a plus derrière tout ça sinon je serais passé à autre chose depuis longtemps … Pourtant, je conçois tout à fait que le monde ne peut être parfait et que la ‘frustration’ est normale et ‘obligée’ dans ce monde . Je ne nie pas la réalité .
Pourtant, je continue, encore et encore …
A l’heure actuelle, j’ai l’impression de rentrer dans une nouvelle phase. J’imagine que un des personnages de mon monde imaginaire, doué de magie, vient ce monde et utilise ses pouvoirs pour rendre ma vie plus simple. L’imaginaire vient dans le réel et ça crée chez moi une vraie tristesse car je sais que ce n’est pas possible … Mais je peux pas m’empêcher de croire que c’est possible … J’ai beau nier tout ça mais j’aimerais tellement partir loin dans une vie où tout serait simple et fluide. Alors on me dira que c’est certainement une peur inconsciente de l’engagement et de l’action (je procrastine pas mal) …. Serais-ce juste de la fainéantise ? Pourtant, j’accepte la vie en général …. Et je vis comme n’importe quel adulte, avec ses responsabilités et ses charges au quotidien …

Enfin voilà voilà. J’aimerais beaucoup avoir votre retour et savoir où vous en êtes rendues maintenant. Si vous avez des astuces, quelles sont-elles ?
En espérant que vous lirez ce message. Merci pour votre temps :)
dominique21
Messages : 1
Inscription : 05 mars 2019, 16:34

Re: Je m'invente un monde imaginaire

Message par dominique21 »

Bonjour,

1/Mon témoignage
Je me reconnais également dans les différents témoignages. J'ai commencé à aller dans mon monde à 4 ans et j'y vais encore à aujourd'hui 35 ans (ses règles ont également évoluées, comme pour Eloise 25 ; par exemple pour moi, il intègre parfois la sexualité, ce qui n'était évidemment pas le cas quand j'étais plus jeune). Je vis dans ce monde des expériences joyeuses, autant que violentes. Aujourd'hui, je "m'y rends" une à deux fois par jour le soir, en journée dans des situations qui le permettent (spectacle ou cours, transports en commun, mais surtout chez moi). Ces immersions durent de quelques minutes à 3-4h heures. Il m'arrive aussi de basculer dans des rêves éveillés, entre mon monde et le rêve avec une certain perte de contrôle de mes pensées. J'en ai parlé à quelques personnes au cours de ma vie (non professionnelles), mais cela ne m'a pas apporté de réponses. J'ai dû comprendre vers 10 ans en questionnant mes camarades que tout le monde n'avait pas de monde. Ensuite, les deux autres personnes à qui j'en ai parlé ont eu du mal à voir ce que je voulais dire, et ont simplement conclu que j'avais un fort imaginaire.
J'ai eu, dans des moments plus difficiles ou intenses de ma vie, un rapport un peu compliqué à ce monde (très envahissant, surgissant subitement et j'étais à la limite de penser qu'il existait plus que le réel, surtout plus jeune - avant 9-10 ans, je pensais que c'était un vrai monde et que tout le monde y allait, donc...).
Aujourd'hui, j'ai un rapport tout à fait serein avec ce monde.

2/ Mon analyse
Je pense comprendre le mécanisme qui amène à élaborer cela. Le monde imaginaire, qui a pour chacun ses propres règles, fonctionne dans tous les témoignages un peu comme une répétition du réel en amont ou en aval d'une situation crainte ou espérée, d’interactions sociales, d'épreuves frustrantes. C'est un monde test. Une médiation avec le réel. Il joue donc à mon avis un rôle un peu semblable à celui des rêves (tout en étant conscient) : le cerveau analyse une séries de situations (plus ou moins fictives) pour se préparer à y faire face ou pour mieux les vivre la fois suivante. Le cadre dépend de l'imaginaire de chacun, de ce qui nous a marqué et nourri au cours de notre vie. C'est un "enrobage", qui permet d'ancrer la situation et ne pas l'affronter directement, de la vivre de manière détournée dans un cadre rassurant.
Je ne pense donc pas qu'il soit nécessaire, ni même souhaitable, de vouloir abandonner totalement son monde quand on en a un et qu'on s'est construit avec. En soi, ça ne me paraît ni dangereux, ni signe de problème mental. Au contraire, c'est signe de richesse intérieure et de créativité, et cela peut être une aide dans la vie.

3/ Gérer son monde
Il faut par contre pouvoir le gérer pour qu'il ne soit pas trop envahissant et qu'il ne soit pas synonyme d'inaction. Pour ça, j'utilise depuis une dizaine d'année un rituel, et je recommande cette technique. Il faut se dire que pour entrer dans son monde, on doit obligatoirement utiliser un code, une sorte de clé pour entrer (toucher une partie de son corps, prendre un objet dans la main, ce que vous voudrez). En instaurant ce rituel, on a conscience d'entrer dans son monde, on se rappelle qu'il est distinct du réel (c'est dans le réel que se trouve notre corps, l'objet en question), et on évite d'y aller trop facilement. L'habitude du rituel vient très vite si ce que vous avez choisi fait sens avec votre monde. Dans des moments de la vie où l'on veut prendre de la distance avec son monde, pour des raisons pratiques ou parce qu'on perd pied, c'est très utile. Pour s'en débarrasser à l'extérieur, si c'est ce que vous voulez, vous pouvez par exemple vous dire qu'il vous faut serrer un coin de votre oreiller (objet qui n'est qu'à la maison dans votre chambre).
La place que prend le monde dépend de ce qu'on vit dans le réel. Si on se retrouve noyé dans son monde imaginaire, c'est probablement qu'il y a un problème. Il ne faut pas hésiter à demander de l'aide dans ce cas pour analyser ce qui ne va pas. En tout cas, l’exacerbation d'un monde imaginaire est à mon avis une conséquence et non une cause.

Voilà mes modestes réflexions sur ce sujet qui m'a beaucoup questionné par le passé. Je suis contente de lire que je ne suis pas la seule (c'est ma première recherche internet sur le sujet :) ). Merci pour vos témoignages.
Laura1925
Messages : 1
Inscription : 11 août 2019, 23:17

Re: Je m'invente un monde imaginaire

Message par Laura1925 »

Bonjour à toutes et tous
De même c'est la première fois que je fais cette recherche sur internet. J'ai aujourd'hui 17 ans, je viens de finir le lycée, et je me demande à quand la fin de mon monde imaginaire.
J'ai commencé tout ça en primaire. Je crois qu'au début il s'agissait de petits senarios dans ma chambre où je m'imaginais avec les enfants de mon école. Rien de bien méchant. Et puis surtout j'étais moi.
Les choses ont rapidement évolué, j'ai commencé à introduire des personnages de dessins animés dans ces moment d'imagination. Il m'arrivait de jouer à code lyoko avec mes frères, sauf que j'ai fini par le faire toute seule. Plus que côtoyer les personnages j'ai fini par en adopter un à chaque fois. Le problème avec ce mode d'opération c'est que la société aujourd'hui offre une quantités illimités de films, de séries, de livres, de Mangas.... Et je suis folle de tout ça. Autant vous dire que mon monde imaginaire est bien rempli maintenant. En 10 ans j'ai eu le temps de créer un sacré catalogue de personnage. Plus que les piquer aux mondes inventés par les scénaristes, j'ai aussi inventé de toutes pièces certains personnages, dont un en particulier qui m'a permis de rentrer dans ce monde à un niveau supérieur à celui d'avant, car il s'agissait du personnage que j'allais incarner pour être en relation avec tous les autres. Je pouvais alors choisir son caractère etc. Finalement cette fille que je m'imagine et qui s'appelle July, c'est mes bons côtés, ceux que j'aime on va dire, et puis tous les côtés que j'aimerais avoir en plus (par exemple avoir une magnifique voix). Bref. Comme chaque monde imaginaire, le mien a ses règles, son fonctionnement.

J'ai toujours beaucoup réfléchi a mes intentions, pourquoi je faisais ça. J'y ai même réfléchis avec mes amis de ce monde. Forcément c'était ludique au début, innocent pour une enfant de 7/8 ans. Mais quand atteint on la limite de l acceptable, à quel âge ? Je ne savais pas, alors j'ai continué. Quand je prends du recul, je me dis que c'est pour éviter la solitude en partie peut être. Mais j'aime la solitude, vraiment, c'est quelque chose que j'apprécie, je suis plutôt introvertie. Alors pourquoi ne pas profiter de ces moments là. J'ai aussi compris que dans mon monde je me sentais comprise. Forcément, c'est toujours plus facile d'être d'accord avec soi même, parce qu'en soit même si je parle à tel personnage de telle série, je me parle à moi même... Et puis, la dernière raison je crois, en tout cas, c'est une autre raison, c'est que je suis quelqu'un qui pense, qui réfléchit Beaucoup. Et même si parfois ça me semble trop, je suis addict à la pensée perpétuelle et il faut croire que paradoxalement même si ça me fatigue, j'ai besoin d'avoir le cerveau occupé en permanence. Alors c'est comme si une vie ne me suffisait plus, il m'en faut 2.

Ce monde j'y suis en permanence, du matin jusqu'au soir. Je vis vraiment dedans. Pourtant je sais faire la différence avec la réalité. Quand je parle à quelqu'un de la réalité, que je croise quelqu'un, que j'entre en relation avec le réel finalement, par la présence d'amis de famille... j'en viens à oublier mon monde imaginaire. Mais dès qu'il y a le silence, il revient. En cours, il m'est souvent arrivé après avoir fini un exercice ou parce que je m'ennuie d'entamer des discussions avec un ami imaginaire, vous comprenez, on peut parler par télépathie dans les mondes imaginaires, pas besoin de parler à voix haute. Pour dire que c'est constant, tout le temps, je suis à la fois moi et à la fois l'autre personne. Cette autre personne évolue en même temps que moi, elle change aussi avec le temps, je veux dire que je change de personnage. Au début c'était moi même, puis Buffy de Buffy contre les vampires, puis Kimi un personnage créé par ma personne, qui est la fille de Wolverine, puis July la fille de Kimi (les bons en avant dans le temps c'est sympa dans les mondes imaginaires) puis aujourd'hui et depuis un an Laura Keene, la fille de Wolverine. Bref, je me sens folle rien que d'en parler.
J'ai souvent pensé à arrêter parce que je pense que ce n'est pas sain, ce n'est pas normal. Qu'en sera t il quand j'aurais un petit ami, puis que je me marrirai, que j'aurai des enfants ? Pendant 1 an en 2017 2018, j'ai arrêté de jouer dans ce monde, je mai juste imaginé dans ma tête. Je me suis détachée de July, comme si je le rendais maintenant libre de ses actions, j'étais alors extérieure à mon monde, comme si je regardais la télé finalement. Mais les premiers examens en classe de 1ère m'ont poussés à recommencer. Et depuis un an je suis de retour dans mon monde.
J'ai beau me sentir folle, je me sens bien dans ce monde, c'est agréable, je m'y sens chez moi.

C'est très etrange d'en parler aujourd'hui. Je pensais que j'étais la seule dans ce cas la. Je n'avais jamais pensé à faire cette recherche sur internet "monde imaginaire conscient dans la tête". Et voilà que je tombe sur beaucoup, beaucoup, beaucoup de témoignages, de personnes qui me ressemblent.

Pour être honnête, dans l'immédiat, je n'ai absolument pas prévu de me séparer de mon monde. Je me suis limite convaincue que quand j'aurai un copain, il s'en irai, mais je crois que ce n'est qu'une illusion. Au fond, ce monde fait maintenant parti de moi, c'est une partie intégrante de ma vie, de mes journées. Vraiment, quand j'essaie d'en faire abstraction, je m'ennuie profondément toute seule.
J'ai aussi en grandissant essayer d'en tirer quelque chose, je grandis avec les personnages et j'en choisi certains pour des raisons précises. July était parfaite, quoique ayant une vie pas facile, elle était ouverte et généreuse, empathique, la joie de vivre, aimante, humble. Vous avez compris. Mais dans la vie j'ai appris qu'être trop bonne et vouloir trop donner ça se retournait contre moi car ça fait souffrir quand on aime plus qu'on est aimé. Laura Keene du film Logan, je la vois comme quelqu'un de meurtrie qui ne fait plus confiance aux autres. Elle est refermée sur elle même, et à un instinct de survie, elle se protège. En étant elle, j'apprends à me protéger, à parfois être égoïste et ne pas donner plus que ce que les gens méritent... Et même si je suis elle, hen profite pour la sociabiliser en retour.

J'avais besoin d'expliquer ça en détails, je crois que c'était nécessaire, je pourrais dire pour évaluer l'étendue des dégâts. Je ne pourrais jamais parler de ce monde à qui que ce soit, c'est trop honteux je trouve. Enfin qui le prendrait au sérieux, qui essaierait de comprendre sans me regarder de travers. Je n'ai toujours pas compris comment j'ai fait pour ne jamais me faire prendre, je suis toujours en train de parler toute seule...

Merci pour vos témoignages
Siasmeye
Messages : 1
Inscription : 25 mars 2023, 08:40

Re: Je m'invente un monde imaginaire

Message par Siasmeye »

Bonjour, je viens de lire votre message et a quelque détail près je suis pareil. Tout d'abord je suis une fille et je vais sur mes 16 ans, mon monde imaginaire à commencer il y a plus de 6 ans. Je n'ai vraiment eu que 1 personnage dans ma tête. Au début il n´était pas très bien défini mais maintenant et depuis quelque anne c'est SAMY. J'ai eu quelque période difficile au cours de ma vie mais après la création de ce mon. Aujourd'hui je me sens bizarre, différente des autres. Je vais très souvent dans mon monde et si un jour je n´ai pas l´occasion d´y aller, je vais me sentir mal, j'ai besoin d´y aller. J'ai essayé d´en parler à ma maman mais elle ne me comprend pas et mon beau père lui dit que c'est une vie entérieur. Je peux quand il fait beau tourner en rond avec ma trottinette pendant des heures juste pour être dans mon monde. Je ne sais pas quoi dire d´autre et même si quelqu'un verra ce message ou même me répondra. Mais ici avec vos message je me suis sentie moins seule et plus compromise alors MERCI :)
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 18509
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Je m'invente un monde imaginaire

Message par Dubreuil »

Mais ici avec vos message je me suis sentie moins seule et plus compromise alors MERCI :)
*** Que veut dire pour vous : compromise ?
PSYCHOLOGUE CLINICIEN - ANALYSTE
hicham9any
Messages : 1
Inscription : 30 mars 2023, 14:16

Re: Je m'invente un monde imaginaire

Message par hicham9any »

Merci Eloise d'avoir lancer ce débat. Je me reconnais aussi dans tes lignes, il n'y a malheureusement pas de remède magique. Il faut sortir et vivre et de se rendre de moins en moins dans ce monde, la vie est pleine de surprise, on a tous en général un trauma inconscient (ou dont on veut pas se rappeler ou en parler) qui nous a causé ça (ca peut être la solitude, deuil etc...), le premier ressentiment c'est le sentiment de différence, on refuse de vivre et on comble ce vide par ce monde idéal (avec même des souffrances parfois qui nous rappelle qu'on vit), faire l'impasse sur la vie n'est pas une solution, il ne faut pas rêver et oublier de vivre. A tous ceux qui lisent ce commentaire, vous n'êtes pas les seuls, la vie n'est pas facile pour personne, c'est juste que nous nous avons été un peu plus sensible, et plus affecté, chacun d'entre nous à sa propre façon de souffrir. Mais ceci n'est pas une solution, il vous suffit d'un déclic, et il va falloir le trouver. Bien sûr tout se passe dans la tête, c'est un très bon exercice mentale, le jour où vous sortez de ce monde, vous en ressortirez plus grand et plus fort que jamais.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum fantasme »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités