Je ne me connais plus

Forum ado mal être
Cherry<3
Messages : 2
Inscription : 06 mai 2023, 23:54

Je ne me connais plus

Message par Cherry<3 »

Bonjour, j'ai 15 ans. Ça va faire plusieurs année que je me pose beaucoup de questions sur mes relations et nottament moi meme. J'ai toujours été considéré comme assez neutre par mon entourage, mais au niveau de la personnalité c'est compliqué. Je ne sais pas quand ça a commencé, mais j'ai la mauvaise habitude de copier la personnalité des gens avec qui j'interagis et leurs passions- à cela s'ajoute des periodes bizarre que j'ai, je passe facilement de la mélancolie et un braquage relationelle genre burnout et c'est assez frustrant. Mais depuis un moment y'a une question qui me tracasse, celle de ma personnalité originelle... je n'arrive meme plus a savoir comment j'etais. Je m'imagine des trucs mais au fond je sais que je suis pas comme cela sans vraiment savoir comment je suis. Et j'arrive facilement a juste adopter une nouvelle de nulle part, comme une pâte à modeler psychologique mais je ne me retrouve juste plus.... en plus cela s'accumule avec de nombreux probleme, une dependance a un amis, remettre en question tout ce que pense les gens sur moi, etc, mais ça devient trop, je ne sais meme plus qui je suis censé être, j'aimerais en parler a mes ami, mais y'a un refus mental, je n'y arrive pas, de peur d'attirer l'attention, ou d'etre jugé, et ça me frustre, car je ne sais juste pas quel est ma personnalité, comme si y'avais un vide interne en moi... je ne sais plus quoi faire..
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 18922
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Je ne me connais plus

Message par Dubreuil »

Je ne voudrais pas que ma réponse vous paraisse restrictive, mais vous vous trouvez à l'orée de votre vie avec tout l'éventail encore inconnu de vos émotions et potentialités.
Soyez tranquille et patiente, tout cela va avancer et s'articuler, ainsi vous vous "trouverez" progressivement en prenant un peu " de tout le monde ",pour ensuite faire un choix personnel et judicieux. C'est ainsi que nous avançons tous dans la vie, d'abord en imitant, ensuite en choisissant. Et nous nous regardons vivre parfois, c'est normal...
Juste un petit aperçu "scientifique" de ce qui se passe dans notre cerveau...
*** Le cerveau se développe très rapidement durant la petite enfance puis adopte une vitesse de croisière assez lente jusqu’à l’âge adulte.
Le cerveau est formé à 95/100 dès l’âge de 5 ans, mais les secteurs les plus sophistiqués ne complètent leur développement qu’à la fin de l’adolescence. Dans le cerveau, la partie appelée corps calleux est un ensemble de nerfs réunissant tous les secteurs du cerveau qui participent à son bon fonctionnement, par exemple dans la prise des décisions
Cet ensemble de « câbles » est indispensable à l’intelligence, à la conscience, à la connaissance de soi.
Au tout début de l’adolescence le cortex préfrontal connait une poussée de croissance spectaculaire. L’essentiel de la maturation de cette partie du cerveau a lieu entre 12 et 20 ans.
Vers 20 ans le cortex est pratiquement maître du contrôle des émotions, de la maîtrise de soi, et de la rationalité des décisions.
Tant que le cortex frontal est inopérant les systèmes de compréhension de soi et des autres sont plus ou moins anarchiques.
Sport, musique, réussite scolaire, sens des responsabilités, conscience sociale, peuvent être câblés chez les adolescents.
Il se peut que les années de l’adolescence soient arqués par la rage, la dysfonction, et la désaffection, et ces aspects peuvent restés « gravés » dans la tête de l’adolescent à son passage adulte.
Tout comme le cerveau de l’enfant, celui de l’adolescent est parfois instable, dys-fonctionnel, et imprévisible. On pourrait dire qu’ils ont des circuits nerveux tout neufs qui se déclenchent souvent de façon inattendue. Ils sont momentanément inaptes à contrôler leur impulsivité, à anticiper, et à comprendre les conséquences probables de leurs actes.
Impulsivité et goût du risque sont extrêmement importants dans le développement de la maturité et de l’identité de l’adolescent.
Il est dangereux de demander à un adolescent de se conduire comme un adulte, ou qu’il le fasse en croyant disposer de tous les privilèges de cet état. Il ne sera pas encore en mesure de gérer son autonomie, l’indépendance de ses décisions, et l’évaluation de sa propre conduite, son cerveau ne maîtrise pas tout.
Les impulsions cérébrales l’emportent sur le jugement, le comportement souvent particulier est dû à des « ratés » du système nerveux, sans plus. Il faut attendre que ça passe.
La croissance désordonnée du cerveau peut se traduire par d’imprévisibles modes de pensée, où les réactions subites l’emportent sur le jugement rationnel.
Une déficience neurologique peut empêcher l’enfant, puis l’adolescent à bien identifier et se servir correctement des émotions sociales, telles que la peur ou la colère.
Tout ceci ne sont pas des défauts de caractère, de la méchanceté, de la perversion narcissique, mais le résultat transitoire d’un vice de « câblage » qui se réglera avec le temps !
Recentrez-vous sur ce qui vous donne des émotions, des sentiments de joie, de plénitude. Par exemple c'est peut-être la musique, les animaux, la nature, le dessin, le sport.. c'est là que vous êtes, vous, tout simplement.
Ne cherchez pas trop loin, c'est l'avenir qui vient vers vous, et c'est vous qui en grande partie en disposerez comme vous l'entendrez.
PSYCHOLOGUE CLINICIEN - ANALYSTE
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 18922
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Je ne me connais plus

Message par Dubreuil »

Plus on est sensible et intelligent, et plus on est lucide, et plus on est lucide plus on évolue, et plus on évolue et plus on est seul(e)
Et vous savez que ce que j'écris est vrai.
Par exemple, toutes les créations artistiques se font dans la solitude. C'est ce que l'on ressent, ce qui est en soi qui finalement s'exprime.
C'est quand on se cherche, que l'on est parfois dans la tristesse ou le désespoir, c'est souvent quand on souffre, que nos plus belles oeuvres arrivent.
Ou quand on est amoureux.
Il faut être dans l'extrême pour espérer le meilleur, pour pouvoir SE rencontrer, se trouver soi-même.
On a besoin des autres, pour justement se rendre compte que l'on est différent. Habité par ce que l'on s'apporte à soi-même, en expérience de solitude, mais aussi en cherchant à habiter et meubler ces heures "creuses"
Tenez également compte que vous sortez de l'enfance et devenez progressivement adulte sans pour l'instant connaître la plupart des émotions que vous allez apprendre à gérer, à supporter parfois, à maîtriser et à transcender.
Votre corps est en train de changer et les hormones influent sur votre humeur. Votre esprit évolue, et tout va s'ouvrir progressivement devant vous. il se passera nécessairement des épisodes de maturité silencieuse, sans mots, ni envies, ni désirs. Et surtout LOIN des besoins des autres. Comme un état "d'hibernation psychique", où il faut alors attendre, être patiente.
Vous aurez des moments de lassitude en vous disant que non, la vie ça ne peut pas être ça, cet ennui, souvent ces bêtises, ces platitudes, mais justement, ce sont ces doutes anxieux qui préparent votre avenir foisonnant d'imprévus et de belles et bonnes choses à vivre.
Courage !
PSYCHOLOGUE CLINICIEN - ANALYSTE
Cherry<3
Messages : 2
Inscription : 06 mai 2023, 23:54

Re: Je ne me connais plus

Message par Cherry<3 »

Je comprend et je l'entend, je n'etais en effet pas concsient de la partie "scientifique" du sujet. C'est juste que je reste un peu sceptique, j'ai toujours eu du mal à me centrer sur des sujets commun aux autres adolecsent, dans les faits, j'ai toujours été à part mais il s'est révélé que j'avais des neuroatypies (notamment HPI) avec des test certifiés quand j'etais plus jeune, je vais nottament voir un psy, et il semble porter beacoup de mes problemes sur ça ce qui est assez frustrant- mais ce que je veut dire c'est que je ne me retrouve pas trop sur des problemes commun du developement à cette periode donc c'est juste assez compliquer de relativiser mais je comprend un peu mieux
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 18922
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Je ne me connais plus

Message par Dubreuil »

" j'ai toujours été à part mais il s'est révélé que j'avais des neuroatypies (notamment HPI) avec des test certifiés quand j'etais plus jeune, je vais nottament voir un psy,"

*** Tout d'abord je pensais que vous étiez une fille, d'où mes textes au féminin, excusez-moi !
D'autre part vous n'aviez pas écrit que vous aviez des neuroatypies, et que vous alliez voir un psy. Ce qui fausse bien sûr mes déductions qui parlent beaucoup des émotions.
Vous n'êtes donc pas sans ignorer que la neuroatypie se réfère aux personnes qui ont une façon bien à elles de penser et d'envisager le monde qui les entoure. Cela conjugué à votre épisode d'adolescence ne peut pour l'instant qu'accentuer vos troubles.
Et il n'y a pas grand chose à faire, sinon attendre que "ça passe" !
Si vous êtes déjà en thérapie, le travail thérapeutique entrepris avec un psy demande que le patient s'attache à ce qui s'est dit et ce que le thérapeute lui a renvoyé.
Etre tenté d'aller exposer sa problématique sur un forum risque d'émousser la qualité de la thérapie, de noyer justement le processus de compréhension. La multiplicité des réponses éloigne la réponse de la personne elle-même.
L'éthique d'un thérapeute demande ainsi de respecter la qualité du travail effectué par son confrère et de respecter son patient, en ajoutant rien de plus de ce qu'il appréhende, afin de ne pas perturber le lien avec des réponses " arrivant trop vite ", parce que pas encore réfléchies.
Le risque des propositions d'interprétation psy sur le net, c'est de dépasser l'entendement du patient et nuire à son propre cheminement, qui lui est indispensable pour justement se dégager de sa souffrance et de ses problèmes.
PSYCHOLOGUE CLINICIEN - ANALYSTE
Répondre

Revenir à « Forum mal être »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités