Fantasme trio HFH

Forum triolisme et forum libertin
Daquaus9
Messages : 1
Inscription : 22 févr. 2021, 01:26

Fantasme trio HFH

Message par Daquaus9 »

Bonsoir à tous !

J’hésitais à poster ce message mais l’envie de partager notre expérience et les questions sans réponse que l’on se pose ont pris le dessus. Le but de ce message est avant tout d’avoir des retours d’expériences similaires ainsi que des conseils/avis.
D’abord, les présentations : nous sommes en couple depuis 12 ans, 5 années de mariage, environ trente ans avec deux enfants. J’ajouterai que nous sommes profondément amoureux, nous avons une relation calme et riche en communication. Pour finir j’estime que nous avons une sexualité (plutôt) ordinaire, régulière, épanouissante et (exclusivement) exclusive
.
Comme annoncé dans la partie précédente, notre sexualité (car c’est le sujet qui sera abordé tout au long de ce texte) a toujours été « normale ». A savoir quelques rapports toutes les semaines, avec des positions normales, sans accessoires malgré leur présence dans nos (mes) tiroirs. Cependant, il y a quelques mois, une envie soudaine s’est fait ressentir en passant devant le rouleau à pâtisserie dans la cuisine (ceux sans poignée, uniquement formé d’un gros et long cylindre). Mon mari me regarde et me demande « Penses-tu que ça passe ? ». Nous rigolons tous deux en annonçant « Laaarge ! ».

Ainsi débute notre seconde sexualité.

Nous constatons très rapidement que le rouleau rentre aisément. Mon mari me faisant régulièrement la plaisanterie d’appeler mon vagin « le gouffre ». Nous avons donc sorti les dildos présents dans mes tiroirs mais ils sont de taille standard. Très peu de sensation et une frustration apparait : Le rouleau, bien qu’intéressant en taille, me fait mal de par son manque de souplesse et les dildo ne mon font pas mal mais… ils ne me donnent aucune satisfaction. Nous avons donc acheté un premier dildo « XXL » qui s’est avéré désagréable car trop souple, trop nervuré et pas assez large. Un second dildo fût acheté, en diamètre 6,5 cm. (pour l’anecdote c’est encore notre préféré car j’ai d’excellente sensations et il possède une bonne poignée pour mon mari. Je me gode rarement avec car je n’obtiens pas les mêmes sensations que lorsque mon mari l’agite). Nous avons acheté un troisième dildo (double phallus, encore plus gros), puis un quatrième (trop gros celui là et enfin un cinquième (un poil moins large que le cinquième en espérant qu’il rentre, ouf c’est le cas). Nous avons également acheté des baguettes vibrantes pour le plaisir clitoridien. Une nouvelle dynamique de « rapports sexuels » en deux temps s’est donc installée : mon homme s’occupe de moi en me « godant » jusqu'à l’orgasme puis je m’occupe de lui jusqu’à sa libération.

Je précise que cette nouvelle pratique n’a pas totalement remplacée les rapports « traditionnels ». Ces derniers sont devenus plus rare mais toujours existant.

Ces nouveaux rapports sont très plaisants car ils nous permettent de redécouvrir le corps de l’autre par de nombreuses caresses et bisous. Ils nous permettent également d’être plus à l’écoute de l’autre (respirations, soupirs, gémissements) et pendant ces « nouveaux rapports » nous ne nous concentrons plus uniquement sur notre plaisir individuel puisque nous cherchons à faire jouir l’autre sans être distrait par nos sensations. Leurs fréquences ce sont accélérées enclenchant de nombreuse conversations et plaisanteries sur le faite que j’étais suffisamment large pour prendre deux hommes en même temps. Mon mari, qui possède un sexe de taille ordinaire, peut rentrer en même temps que plusieurs dildo de dimension standard. Je peux aussi accueillir le dildo de diam 6,5 cm + mon homme + quelques doigts… C’est dire si « le gouffre » est un surnom on ne peut plus adapté. Le temps ayant fait son œuvre, l’idée d’être capable d’accueillir deux hommes en même temps à fait son bonhomme de chemin. De blague en conversation puis de conversation à plaisanterie, nous sommes passés de (excusez le « cru » des conversations) « ta/ma chatte peut prendre deux bites en même temps » à « cela t’/m’intéresserait de prendre deux bites en même temps ?/ ! ».

Une fois de plus le temps avance et le sujet est abordé plusieurs fois. Il devient rapidement évident qu’un inconnu ne peut pas être un choix judicieux (pour nous). Nous voulons faire l’amour sans préservatif, nous sommes effrayés par les maladies sexuelles et nous ne voulons pas « baiser » avec n’importe qui. Nous accordons beaucoup d’importance à notre couple et nous ne voulons pas détruire notre relation fusionnelle (et tout ce que cela pourrait engendrer) à cause d’une mauvaise expérience, d’un fantasme mal assouvi.

Partant de là, les conversations se sont poursuivies puis, sur le ton de la plaisanterie, nous avons évoqué un ami qui pourrait correspondre à nos attentes. Lorsque ce prénom fut cité, nous avons rigolé car il est évident que nos perverses pensées ne resteraient qu’un fantasme… à moins que…

A moins que mon esprit, visiblement intéressé par l’idée, ne se manifeste. En effet un matin, alors que je m’éveillais d’un sommeil profond, je fus troublée par le rêve érotique que je venais d’avoir. Je venais de faire l’amour avec deux hommes dont mon mari et … notre ami !

Je pris quelques temps à en parler à mon époux car j’avais un peu d’appréhension quand à sa réaction. Mais au fil d’une des innombrables conversations abordant le sujet d’un trio, je lui ai confié mon rêve ainsi que le plaisir ressenti pendant celui-ci. Heureusement mon mari est un homme bienveillant et a pris le temps de me rassurer. Après cette conversation, je lui ai demandé de ne plus plaisanter sur le « fameux plan à trois avec notre ami » car je ne voulais pas désirer un autre homme que lui. Je souhaite un amour exclusif je vous rappel ! Cependant, car tout ne peut pas s’arrêter ainsi, l’idée me resta en tête et lors d’une soirée avec cet ami (que je ne vois qu’en présence de mon mari), je me suis surprise à avoir des comportements de femme séductrice. J’ai souhaité, durant un échange avec notre invité, qu’il observe mes seins. Avec insistance je me suis penchée afin de lui offrir la plus belle vue de mon décolleté. Réalisant ce que je faisais, je me releva puis, malgré le trouble, continua la soirée. J’ai également secrètement espéré qu’il m’effleure le bras, voir qu’il m’enlace, lorsque je me suis retrouvée seule avec lui devant la bibliothèque. Nous passions en revu les livres que nous possédons et je sentais sa présence, sa proximité derrière moi.

Après quelques jours, toujours choquée de mon attitude, je fini par en parler avec mon mari qui, une fois de plus, me rassura en me disant qu’il était normal de vouloir être désirable. Avoir envie d’un câlin est plus discutable mais il me dit que si j’en suis venue à avoir de telle pensée, c’est de notre faute puisqu’on plaisantait dessus. Et il termina en me disant que, plaisanterie à part, si un plan à trois devait avoir lieu, ce ne pourrai être qu’avec cet ami. Précision : cet ami est un choix rassurant pour nous deux car, aussi sexuellement attirant qu’il puisse être, je ne m’imagine pas en couple avec cet homme. Je peux donc me projeter dans ses bras le temps d’une soirée sans risquer de quitter mon homme. De son côte, mon homme n’éprouve aucune jalousie sentimentale puisqu’il sait ce qu’il en est.

Ainsi, alors que par égard envers notre ami (s’il reste du respect après nos pensées perverses) nous disions en évoquant notre fantasme de trio « avec untel, ou n’importe qui d’autre qui fera l’affaire », depuis cet évènement nous évoquons notre fantasme en ne citant plus que son nom.

A présent, avec mon mari, nous nous chauffons régulièrement en imaginant des scènes à trois, avec trois visages et trois noms clairement définis. Cela restera, à court terme, un fantasme car nous souhaitons profiter au maximum de l’excitation mutuellement générée à l’idée de ce trio. Nos rapports ont gagnés en intensité, en vigueur, en durée et en plaisir. L’idée d’être doublement rempli m’excite au plus haut point et mon homme fantasme à l’idée que je puisse jouir davantage, que je veuille et puisse prendre « toujours plus cher ».

Nous ignorons totalement si notre ami sera intéressé par notre proposition puisque nous ne savons pas si (entre autre):
==>Nous lui sommes physiquement intéressants
==>Il est intéressé par ce genre d’expérience

Bien entendu, d’autres questions se bousculent dans nos têtes :
==>Faut-il que cela reste un fantasme ?
==>Ne va-t-on pas perdre notre ami suite à notre proposition ? (qu’il accepte ou qu’il refuse d’ailleurs)
==>Regretterons-nous cette expérience ?
==>N’en voudrons nous pas toujours plus ? Quel sera notre prochain fantasme ?

Je sais que ces questions ne possèdent pas de réponse « toutes prêtes », cependant si vous avez été / êtes dans la même situation, nous aimerions avoir des retours d’expériences.

Aussi, si tel est le cas, comment avez-vous fait le premier pas, comment avez-vous abordé le sujet avec votre troisième comparse ?

Dans le plaisir de lire vos réponses.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 16796
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Fantasme trio HFH

Message par Dubreuil »

Hum... à part le voyeurisme auquel vous nous conviez, en long, en large ( surtout en large, c'est bien insisté lourdement ) et en travers, je ne vois pas bien l'intérêt de venir en parler dans un forum psy ? Remettez votre petite culotte. De plus, un garage à bites, ça reste un fantasme, en vrai, c'est assez peu ragoutant.

Dubreuil
Modérateur
Qualifications de Dubreuil : Educatrice spécialisée - Psychomotricienne - Psychologue clinicienne - psychanalyste
Glise Annabel 06 61 80 53 18 Hypnothérapeute humaniste
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum triolisme »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités