Forte envie de violence

Forum violence, écoute et soutien psychologique, aide psychologique gratuite
RedZomby
Messages : 3
Inscription : 04 sept. 2020, 02:47

Forte envie de violence

Message par RedZomby »

Bonjour à tous.

J'ai besoin d'aide. Depuis peu, mon petit ami est en stage et il est harcelé sexuellement de façon régulière par un client. Vous vous en doutez, cela met mon copain extrêmement mal à l'aise. Cet enfoiré a entre autre mis la main aux fesses de mon copain à plusieurs reprises, lui a touché les organes génitaux et a même simulé une fellation (en mettant des coups de reins devant le visage de mon copain) et ce devant moi. J'étais folle de rage. De plus mon copain n'est pas la seule victime, il harcèle aussi une autre stagiaire en la portant, lui mettant des claques sur les fesses, la caressant à des endroits inappropriés ou encore en photographiant sous la jupe de la fille. Il tourne tout ça à la rigolade et a même dit en rigolant, en me voyant rouge de colère "Ah bah je crois que j'ai baissé dans son estime !" tout fier. En plus de tout ça, il est bruyant, désagréable et agressif quand on veux pas "rentrer dans son jeu".

Mon copain en a parlé aux responsables du lieux de stage qui vont régler le problème comme ils peuvent en lui passant un savon et mon copain, son amie stagiaire et moi irons porter plainte. Mais même l'idée de savoir que cette pourriture sera punie par la loi ne me console pas et de fortes envies de violence à son égard germent dans mon esprit. Je m'imagine l'assassiner, c'est presque si je planifie son assassinat dans ma tête (comment, quelle arme, où... Quel BONHEUR je vais ressentir en le massacrant.) Je n'arrive pas à calmer mes ardeurs et j'ai peur de faire une grosse bêtise si je le recroise un jour. J'ai beau faire des choses que j'aime et qui me calment d'habitude rien n'y fait je n'arrive pas à sortir cette idée de ma tête.

D'ordinaire je suis une personne pacifique, de nature paisible et timide. Je déteste peu de gens et je déteste en arriver à la violence. C'est la première fois que je pense que la violence peut être une solution pour aller mieux. Je veux réellement le punir, moi-même. Que faire ?
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15709
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Forte envie de violence

Message par Dubreuil »

Visiblement ce garçon est un détraqué.
Porter plainte est la meilleure chose à faire, mais effectivement " il peut s'en sortir " et ne pas être soigné.
Et pourtant cela doit être jugé car ces comportements avec attouchement s'apparentent à un viol.
Vous devez alerter des personnes de confiance pour qu'elles fassent pression sur le responsable de l'établissement, qui lui aussi doit porter plainte, ne pas légitimer son stage et veiller à ce qu'il soit puni par la loi.
Je comprends votre haine. Et vous venger apparaît en effet sain et légitime. Sauf qu'il y a des lois, et que si votre " vengeance " nuit à cette ^personne, c'est vous qui serez punie...
Vous pouvez écrire en détail ce qui 'est passé au Procureur de la République, conjointement à votre plainte à la police. Il y aura un jugement si votre plainte est acceptée.
Il y a un moyen simple et tout à fait plausible. Après avoir porté plainte, si l'un et l'autre, ou l'un de vous, ne peut calmer sa colère et son désarroi, il doit aller en parler avec un psychiatre. Cela s'appelle un état de stress post-traumatique. Ce professionnel établira un certificat vous permettant de
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15709
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Forte envie de violence

Message par Dubreuil »

Commencez déjà par lire ceci, l'important n'est pas " ce que l'on a subi ", mais comment on a " accusé le coup "...

ETAT DE STRESS POST TRAUMATIQUE APRES VIOLENCES, ABUS SEXUELS

Etat de stress post traumatique
http://www.sosfemmes.com/violences/viol ... exuels.htm
https://www.youtube.com/watch?v=dYAlWw8YnCU

Les troubles psychiques spécifiques liés aux traumatismes sont liés à des mécanismes de sauvegarde exceptionnels, psychologiques et neurobiologiques, déclenchés lors d'un stress extrême et du risque vital que génère le traumatisme. Ces mécanismes sont responsables d'une déconnection du circuit de réponse au stress entraînant une mémoire traumatique, une dissociation avec anesthésie affective et physique.
Par ex - Pour qu'une victime puisse vivre malgré cette insurmontable horreur, son inconscient va faire en sorte qu'elle ne se rappelle plus des deux ans de sa vie avant le drame, et deux ans après, afin qu'elle ne puisse faire aucun lien entre un souvenir anodin durant cette période, et la scène traumatique.

Angoisse réactionnelle
Difficulté d’anticipation se traduisant par la nécessité de ne plus réfléchir, cela risquant de lui rappeler l’impact émotionnel.
Troubles dissociatifs post traumatiques ( LHT )
Troubles de la mémoire et de la concentration
Sentiment d’être spectatrice de sa vie
Banalisation de son état de victime
Sentiment de vide
Troubles d’hyperactivation neurovégétative

Déni de reconnaissance
C'est la position de l'entourage, d'un médecin, de la famille, du tribunal, qui loin de prendre en compte le premier impact traumatique ( les photos en ligne ) l’entérine aujourd'hui coupable de se plaindre à nouveau de son agression ( camarades de classe, ancien petit ami ).

La répétition des chocs émotionnels ont comme « anesthésié » ses relations à autrui.
Distanciation des affects, froideur pathogène
Le fait que l’on ait pu une fois encore sans son accord se servir d’elle comme objet de jouissance sexuelle la distancie dramatiquement de ses affects.

QU'EST-CE QU'UN TRAUMATISME, ET QUE FAIRE ?

On peut parler de traumatisme émotionnel aujourd’hui après la survenue d’événements beaucoup courants : un accident de voiture, une rupture de relation, une expérience humiliante, une maladie potentiellement mortelle ou invalidante, une perte d’emploi ….

Les événements traumatisants peuvent avoir des répercussions émotionnelles graves sur certaines personnes, même si l’événement n’a pas de conséquences physiques.
1. l’événement est inattendu
2. la personne n’était pas préparé à le vivre
3. la personne ne pouvait rien faire pour l’empêcher de se produire.

Ce n’est pas la cause qui détermine si quelque chose est traumatisant, mais la façon dont la personne va vivre l’événement.
On ne peut pas prévoir comment une personne va réagir à un événement potentiellement traumatisant.

*** La particularité du traumatisme émotionnel
La conséquence immédiate du traumatisme est la perte du sentiment de sécurité avec la tenace impression d’être impuissant. La personne se sent écrasée par ce qu’elle vient de vivre.
La personne traumatisée peut avoir soit un sentiment de danger constant, soit une impression d’être déconnectée de tout sans pouvoir faire confiance à quelqu’un.

*** Il faut distinguer stress et traumatisme.
Le stress dérègle notre système nerveux mais pour une période relativement courte. On retrouve assez vite un équilibre. Le traumatisme créé une détresse qui se propage dans toutes les expériences suivantes.
Si on communique notre détresse à quelqu’un qui va réagir de manière adéquate et que nous revenons à un état d’équilibre, nous sommes dans le domaine du stress.
Si nous ne revenons pas à un état d’équilibre et que nous vivons toujours dans un état d’intensité émotionnelle active, nous sommes dans le domaine du traumatisme émotionnel.

*** Les différences entre les individus
On se demande toujours pourquoi un événement provoque une réponse émotionnellement traumatique chez une personne et pas chez une autre. On se demande aussi pourquoi le temps pour récupérer d’un traumatisme émotionnel varie d’une personne à l’autre.
Pourquoi certaines personnes rebondissent rapidement alors que d’autres sont dévastées ?
Il n’y a pas raisons objectives, même si un certain nombre de facteurs de risque rendent certaines personnes sensibles aux traumatismes émotionnels et psychologiques.
Une personne sera plus susceptible d’être traumatisée si sa charge se stress est déjà intense ou si elle a déjà subi une série d’événements négatifs.
Une personne sera plus susceptible d’être traumatisée si elle a déjà été traumatisée avant et surtout si ce traumatisme antérieur est survenu dans l’enfance et n’a pas été résolu.
N’importe qui peut devenir émotionnellement traumatisé. Ce n’est pas une question de force ou de faiblesse. Il faut juste prendre les symptômes au sérieux et ne pas hésiter à prendre des mesures pour guérir, tout comme on prend des mesures pour guérir d’une maladie physique.

*** Les symptômes du traumatisme émotionnel
Ces symptômes sont des réponses normales au traumatisme, cet événement anormal. Parfois ils peuvent être retardés pendant des mois, voire des années après l’événement. Il arrive aussi que certaines personnes ne relient pas leurs symptômes avec un traumatisme.

*** Les symptômes physiques de traumatisme
– l’insomnie ou les cauchemars,
– la fatigue
– la difficulté à se concentrer
– l’agitation ou la nervosité,
– des maux divers ou des douleurs
Les symptômes émotionnels et psychologiques du traumatisme
– le déni ou l’incrédulité
– la colère, les sautes d’humeur,
– la culpabilité, la honte
– le sentiment de tristesse ou de désespoir,
– l’anxiété ou la peur

Ces symptômes durent généralement quelques mois et s’atténue au fur et à mesure que vous traitez le traumatisme.
Mais, même ensuite, quand on se sent mieux, on peut être troublé de temps à autre par des souvenirs douloureux ou des émotions fortes, surtout en réponse à des déclencheurs tels que l’anniversaire de l’événement, une image ou un son, une situation qui rappelle l’expérience traumatisante.

*** Quand faut il chercher de l’aide auprès d’un professionnel ?
Récupérer après un traumatisme prend du temps et tout le monde guérit à son propre rythme. Mais si les mois passent sans que les symptômes diminuent, vous pourriez avoir besoin d’un professionnel.
Voici les principales raisons d’une demande d’aide (même sans traumatisme d’ailleurs)
– Une difficulté à vivre à la maison et au travail
– Des anxiétés prolongées
– Une attitude qui vous pousse à éviter les situations qui vous rappellent le traumatisme
– Un engourdissement émotionnel
– Une incapacité à former des relations satisfaisantes

*** Le traitement du traumatisme émotionnel et psychologique
Il faut prendre conscience que ce traitement, ce travail sur vous va impliquer de revivre des souvenirs même insupportables de façon à éviter qu’ils reviennent encore et encore, spontanément et de façon incontrôlable.
Il est évident qu’un tel travail, comme dans la plupart des thérapies, va vous prendre une grande énergie, source de fatigue même physique.
Mais en contrepartie, vous allez également apprendre à gérer vos émotions fortes du passé, du présent et du futur. Vous allez également construire ou reconstruire votre capacité à faire confiance aux autres.
Le traumatisme perturbe l’équilibre et le système nerveux se coince dans le surmenage. Le traitement du traumatisme doit corriger ce déséquilibre et rétablir votre sentiment de sécurité.

*** Voici deux grandes thérapies qui sont utilisées dans le traitement des traumatismes émotionnels et psychologiques :
1) La thérapie cognitive et comportementale
Elle aide à traiter et évaluer vos pensées et vos sentiments à propos du traumatisme

2) l’EMDR (la désensibilisation des mouvements oculaire et retraitement)
Elle incorpore des éléments de la thérapie cognitive et comportementale avec les mouvements oculaires ou d’autres formes de stimulation rythmique.

*** Conseils de rétablissement après un traumatisme émotionnel et psychologique
La récupération prend du temps. Il faut donc être patient en vous laissant ressentir ce que vous sentez sans jugement, sans culpabilité et sans honte.
1. Ne pas s’isoler
Il est nécessaire de maintenir vos relations pour pouvoir parler de vos sentiments.
Tentez de faire des choses qui n’ont rien à voir avec l’expérience traumatisante.
2. S’ancrer dans le présent
Soyez attentif à votre emploi du temps pour maintenir un équilibre entre les tâches ingrates et les tâches plaisantes.
Installez des objectifs réalisables et prenant plaisir à la réalisation de ce que vous entreprenez.
Reconnaissez vos émotions et vos sentiments pour les accepter.
3. Prendre soin de soi
Essayez de viser 7 à 9 heures de sommeil par nuit.
Faites de l’exercice régulièrement
Équilibrer votre alimentation
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
RedZomby
Messages : 3
Inscription : 04 sept. 2020, 02:47

Re: Forte envie de violence

Message par RedZomby »

Je vous remercie de vos réponses. Mais je tiens à signaler que je ne suis pas une victime directe des agissements de ce type. C'est plus le fait qu'on fasse du mal à une personne qui m'est chère qui me touche profondément et me fait enrager. En plus de la colère je ressent également une sensation d'impuissance.. Je me sens extrêmement coupable de ne pas avoir remis cet individu à sa place lorsque je l'ai vu agir...

Depuis, j'ai peur quand mon copain est là-bas. Si je le pouvais, je serai là pour l'accompagner tout le long de sa journée de stage, pour le protéger. Je lui demande tout le temps s'il va bien et s'il n'a pas eu de problèmes... Je suis anxieuse et ne me sens pas tranquille tant qu'il n'est pas sorti...
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15709
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Forte envie de violence

Message par Dubreuil »

Je vous remercie de vos réponses. Mais je tiens à signaler que je ne suis pas une victime directe des agissements de ce type. C'est plus le fait qu'on fasse du mal à une personne qui m'est chère qui me touche profondément et me fait enrager. En plus de la colère je ressent également une sensation d'impuissance.. Je me sens extrêmement coupable de ne pas avoir remis cet individu à sa place lorsque je l'ai vu agir...
*** C'est bien pour cela que vous êtes choquée et que vous culpabilisez, vous êtes vous aussi " traumatisée ", et il serait bon que dans la plainte vous soyez incluse.

Depuis, j'ai peur quand mon copain est là-bas. Si je le pouvais, je serai là pour l'accompagner tout le long de sa journée de stage, pour le protéger.
*** Attention, vous le fragilisez, il doit être en mesure d'agir et de réagir par lui-même. Laissez-lui sa fierté, et qu'il ne se sente pas " minable " face à vous. Vous n'êtes ni sa maman, ni son infirmière. Conseillez-lui plutôt d'aler voir un psy de visu pour parler de ses " propres ressentis ", et dépasser ce traumatisme.

Ferez-vous ce que je vous propose dans mon premier post ? C'est important.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
RedZomby
Messages : 3
Inscription : 04 sept. 2020, 02:47

Re: Forte envie de violence

Message par RedZomby »

Nous avons en effet prévu d'agir et nous allons recueillir les voies d'autres victimes. De plus, une proche nous aidera à en parler aux responsables du lieu de stage et à la police.

Et je vois ce que vous voulez dire au sujet de la protection mais je me suis sans doute mal exprimé. Je ne parle pas non plus de faire office de garde du corps ou quoi mais simplement aider mon copain psychologiquement à se défendre et à moi même me manifester car je me sens également touchée.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum violence »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité