Séquestration par agoraphobie. Comment s'en sortir

Forum agoraphobie, phobie des lieux publics
Wylzana
Messages : 4
Inscription : 09 sept. 2019, 12:21

Séquestration par agoraphobie. Comment s'en sortir

Message par Wylzana »

Bonjour,

Pour commencer je tiens a préciser que c'est la première fois que je viens partager sur un forum concernant mon agoraphobie. J'ai décidé de le faire parce que des événements dans ma vie sentimentale m'ont décidé et m'ont motivé a me soigner et me sortir de cet enfer. Je ne suis pas mal à l'aise de parler de mon agoraphobie et en général je réponds volontiers aux questions qu'on me pose à ce sujet.

Pour faire une courte présentation, je suis âgé de 38 ans, je suis célibataire et j'ai 2 enfants. L'un deux ne veut plus entendre parler de moi quant à l'autre c'est à peine si j'ai des nouvelles 2 ou 3 fois par an. J'ai perdu ma mère en 2007 et je n'ai plus de contact avec mon père suite à un désaccord sur mes choix de vie peu après le décès de ma mère. J'ai 1 frère et 1 soeur dont je n'ai aucune nouvelle depuis maintenant très longtemps.
Je suis agoraphobe, j'en ai parlé avec mes proches pour essayer de trouver du soutien et éventuellement de l'aide. 1 Personne à accépté de m'aider tandis que les autres m'ont tourné le dos entre autre en disant "tu n'es pas malade, tu es juste trop fainéant pour sortir de chez toi et aller travailler. Tu te trouves des excuses pour passer tes journées sur ton pc et tes jeux vidéos" (pour reprendre plus ou moins les mots de mon père).

Tout à commencé il y a environ 8 ans. Avant cela, je pouvais sortir librement, aucune contrainte hormis les heures de travail, j'allais au cinéma, je sortais en famille ou entre amis, j'allais au restaurant ou sur le marché local. J'ai commencé a ressentir de la gêne lorsque je sortais, notamment quand j'allais dans les supermarché pour faire mes courses ou quand je me rendais sur le marché local. Puis ces malaises se sont transformés en crises d'angoisse de plus en plus fortes. J'ai donc décidé sur le conseil d'une amie proche d'aller voir un psy. Le seul disponible était un psychiatre de l'hopital spécialisé de la ville que j'ai consulté. A la fin de la 1ère séance, il m'a donc diagnostiqué mon agoraphobie sans aucune hésitation dans le choix de ses mots et m'a prescrit des anxiolytiques et des antidépresseurs pour commencer un traitement. J'ai avalé assidûment ma médication pendant 1 semaine durant laquelle je passais le plus clair de mon temps a dormir (20h/24 en moyenne par jour).
Il est certain que pendant cette semaine au moins je ne ressentais pas les effets de l'agoraphobie puisque les 4 heures durant lesquelles j'étais éveillé se situaient en général la nuit. Voyant que ça ne m'aidait pas j'ai recontacté le psy et j'ai stoppé la médication en espérant un ajustement. Cependant il était déjà trop tard, je ne pouvais plus sortir de chez moi sans faire de crise d'angoisse. Elles se manifestaient en général par des sueurs froides, des sensations d'étouffement, les jambes qui refusent de me porter, une accélération effrayante du rythme cardiaque (j'en oublie certainement). J'ai également eu de plus en plus de mal a conserver mes volets ouverts, un simple contact visuel avec l’extérieur pouvait provoquer ces angoisses, quelqu'un qui frappait a la porte et c'était encore une crise d'angoisse. L'enfer était arrivé sur terre, et je me trouvais en plein dedans.

J'ai vécu dans cette situation pendant environ 2 ans. A la fin de cette première période, j'ai réussi à recevoir une aide qui m'a permis de ressortir à nouveau. Je ressentais toujours les angoisses, j'avais toujours du mal à aller dans les grandes surfaces ou dans les lieux habituellement peuplés, mais je pouvais sortir. Je recommençais a vivre, enfin.

Mon fils est venu vivre avec moi, il est resté durant environ 3 ans a la fin desquelles je commençais a ressentir de nouveau ces angoisses lors de mes sorties courantes. Lorsqu'il est reparti vivre avec sa mère ce fut la fin du monde. Je suis complètement retombé dans l'agoraphobie et l'aide que j'avais reçue dans le passé n'avait plus aucune efficacité (était-ce psychologique ? je l'ignore). Les faits sont là. Depuis lors je ne peux plus sortir de chez moi. Je me sens emprisonné car mon domicile est le seul endroit ou je me sens réellement en sécurité, ou je me sens bien. Sortir les poubelles ou aller chercher le courrier sont des corvées sans nom, j'y arrive a condition que ce soit au milieu de la nuit et non sans angoisse.

Aujourd'hui, et depuis seulement quelques jours, j'ai enfin trouvé la motivation de me soigner et de sortir de cet enfer. Cependant, je ne sais pas comment m'en sortir seul et sans médication (pas envie de devenir dépendant a quelque drogue que ce soit). Seul parce que pour le moment je n'ai personne autour de moi pour m'aider, et ce sera le cas encore pendant quelques semaines ou quelques mois.


Voila pour ma petite histoire, j'éspère trouver ici de l'aide ou un quelconque soutien pour me permettre d'avancer sur la voie de la guérison afin de pouvoir parler de cet agoraphobie au passé et me servir de mon expérience pour soutenir ceux qui n'arrivent pas a s'en sortir.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 16426
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Séquestration par agoraphobie. Comment s'en sortir

Message par Dubreuil »

Il faut reprendre votre thérapie comportementale, et cela, à chaque fois que vous sentez que " ça va recommencer ".
N.B. INFORMATION IMPORTANTE :
Si chaque personne est différente, et chaque cas unique, il n’en demeure pas moins que des explications psychologiques sont déjà données sur ce forum, dans le post : " URGENT C'EST LE TOURNANT DE MA VIE "
Wylzana
Messages : 4
Inscription : 09 sept. 2019, 12:21

Re: Séquestration par agoraphobie. Comment s'en sortir

Message par Wylzana »

bonjour Dubreuil.

Je n'ai jamais suivi de thérapie comportementale durant ces 8 ans. J'ai eu un gros soutien qui m'a permis de me retrouver dans cette phase de rémission, mais ce n'est plus efficace comme ça l'était a ce moment là
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 16426
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Séquestration par agoraphobie. Comment s'en sortir

Message par Dubreuil »

J'ai eu un gros soutien qui m'a permis de me retrouver dans cette phase de rémission
*** Alors recommencez, ou continuez ce soutien... Et s'il ne s'avère plus efficace, entreprenez une thérapie adaptée.
N.B. INFORMATION IMPORTANTE :
Si chaque personne est différente, et chaque cas unique, il n’en demeure pas moins que des explications psychologiques sont déjà données sur ce forum, dans le post : " URGENT C'EST LE TOURNANT DE MA VIE "
Wylzana
Messages : 4
Inscription : 09 sept. 2019, 12:21

Re: Séquestration par agoraphobie. Comment s'en sortir

Message par Wylzana »

Merci pour ce conseil Dubreuil. Etant donné que ce soutien n'a aujourd'hui plus aucune efficacité je me suis tourné vers l'auto-hypnose. J'essaye donc actuellement de trouver des méthodes adaptées pour un apprentissage de cette pratique en espérant trouver ce que je cherche.

Dans le cas ou ce moyen ne me conduirait pas à mes fins, j'envisage de m'orienter vers la sophrologie. Je ne fais pas confiance à la médecine qu'elle soit pratiquée par un traitement médicamenteux ou psychologique, de ce fait, aller voir un psy ne sera qu'un ultime recours pour ma guérison mais je n'exclus pas cette possibilité pour autant.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 16426
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Séquestration par agoraphobie. Comment s'en sortir

Message par Dubreuil »

L'HYPNOSE HUMANISTE

En l'espace de quelques années seulement, l'hypnose thérapeutique a gagné ses lettres de noblesse. Désormais bienvenue dans les hôpitaux et les maternités (où on l'utilise pour lutter contre la douleur, par exemple), les patients font également appel à elle en complément de traitements allopathiques, dans le cadre de certaines pathologies : fibromyalgies, cancer, sclérose en plaques...
Si l'hypnose thérapeutique la plus connue reste l'hypnose ericksonienne (du nom de son fondateur, Milton H. Erickson), des « variantes » existent : c'est le cas de l'hypnose humaniste.

1-Pendant une séance, on est 100 % réveillé
C'est « la » différence principale qui existe entre l'hypnose ericksonienne et l'hypnose humaniste : pendant une séance d'hypnose humaniste, la personne reste 100 % consciente. On parle même de « conscience augmentée » !
« Les fondateurs de l'hypnose humaniste ont fait une expérience très simple, raconte Louis Monnier. Ils ont essayé de « réveiller » une personne se trouvant déjà dans un état « normal » (ou « état ordinaire de conscience »), en utilisant les techniques habituellement employées en hypnose ericksonienne. » Surprise : la personne est entrée dans un état de transe un peu différent, caractérisé par une conscience d'elle-même plus importante.
« Concrètement, alors que pendant la transe ericksonienne, on se sent un peu pâteux, un peu engourdi, pendant une transe humaniste, on se sent au contraire en pleine forme. Comme si on venait de se réveiller ! »

2 - On peut travailler sur tous les problèmes... ou presque
« L'objectif de l'hypnose humaniste, c'est surtout de stimuler les mécanismes d'auto-guérison du corps, de l'âme et de l'esprit. De comprendre tous les « nœuds » qui nous empêchent de fonctionner correctement, puis de les démêler »
Bien sûr, l'hypnose humaniste ne traite pas les problèmes mécaniques (fractures, arthrose, ostéoporose, tendinite, maladie virale...). En revanche, elle peut soulager la douleur et même aider à renforcer les défenses immunitaires de l'organisme pour favoriser la guérison. « On utilise aussi l'hypnose humaniste pour le développement personnel et le coaching professionnel : c'est une approche thérapeutique qui permet de mieux gérer ses émotions et son comportement. » Ou encore de trouver l'amour, de réussir sa carrière, de résoudre un conflit familial...
Cependant, l'hypnothérapeute précise quand même que « l'hypnose ne se substitue à aucun avis ni traitement médical. Les traitements en cours ne peuvent et ne doivent être suspendus que sur recommandation expresse du corps médical, même si vous constatez une amélioration au cours ou après vos séances d'hypnose. Les troubles psychologiques graves relèvent du domaine de la psychiatrie et ne peuvent, en aucun cas, être traités par l'hypnose. »

3 - « Les symboles, c'est le langage de notre inconscient ». C'est là qu'intervient l'anamnèse : cette longue discussion préliminaire permet à la personne de bien comprendre le contexte de sa problématique, afin de pouvoir se la représenter de façon symbolique pendant la phase d'hypnose. En clair, il s'agit de répondre à la question : « votre mal-être, vous le décririez comment ? » Ça peut être une boule noire, des piquants, une flamme brûlante... « C'est exactement la même chose que dans les contes de fées : le loup représente le masculin sauvage, par exemple. En langage symbolique, cela traduit une peur, une blessure... »
Ensuite, l'hypnothérapeute réutilise ces symboles pour nous permettre de communiquer avec notre « moi intérieur » : il s'agit alors de modifier (de « soigner ») ces représentations intérieures pour aller mieux... en profondeur !

4 - C'est le patient qui fait tout le travail
« Lorsque vous faites une séance d'hypnose ericksonienne, vous laissez les clés de votre inconscient à l'hypnothérapeute : vous êtes plutôt passif.
En hypnose humaniste, c'est l'inverse : c'est vous qui agissez. L'hypnothérapeute n'est qu'un guide, chargé de vous ouvrir les portes de votre esprit. »
Concrètement, c'est un peu comme un voyage intérieur : par la parole, l'hypnothérapeute guide la personne dans différents environnements imaginaires et symboliques, mais c'est cette dernière qui va réaliser mentalement certaines actions pour résoudre son problème.
Mieux encore : après 1 ou 2 séances, la personne peut réutiliser ce qu'elle a appris pour continuer à changer par elle-même. C'est l'autohypnose !

5 - Ça se rapproche de la méditation de pleine conscience
« L'état de conscience augmentée que l'on atteint lors d'une séance d'hypnose humaniste est proche de celui que l'on expérimente pendant une séance de méditation de pleine conscience ».
L'objectif n°1 de l'hypnose humaniste est d'amener la personne à prendre conscience d'elle-même, en lui permettant de communiquer avec son inconscient et sa conscience supérieure (ou conscience majuscule)
D'après Louis Monnier, « notre esprit, notre corps est comparable à une maison. Quand on ne la regarde pas, le temps fait son œuvre : elle se fissure, se ternit. En revanche, il suffit de porter son attention sur cette maison, en conscience, pour qu'elle commence à s'auto-réparer ».
N.B. INFORMATION IMPORTANTE :
Si chaque personne est différente, et chaque cas unique, il n’en demeure pas moins que des explications psychologiques sont déjà données sur ce forum, dans le post : " URGENT C'EST LE TOURNANT DE MA VIE "
Wylzana
Messages : 4
Inscription : 09 sept. 2019, 12:21

Re: Séquestration par agoraphobie. Comment s'en sortir

Message par Wylzana »

Merci Dubreuil pour ce descriptif très intéressant de l'hypnose. Je vais maintenant pouvoir chercher plus efficacement les clés de ma guérison.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 16426
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Séquestration par agoraphobie. Comment s'en sortir

Message par Dubreuil »

Hypnose HUMANISTE ! Ne mélangez pas les deux…. Bonne route.
N.B. INFORMATION IMPORTANTE :
Si chaque personne est différente, et chaque cas unique, il n’en demeure pas moins que des explications psychologiques sont déjà données sur ce forum, dans le post : " URGENT C'EST LE TOURNANT DE MA VIE "
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum agoraphobie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité