Suis-je vide?

Forum adulte, aide psychologique gratuite
Hadès
Messages : 4
Inscription : 03 mars 2018, 15:14

Suis-je vide?

Message par Hadès »

Bonjour à tous et toutes, fraîchement inscris sur le forum je viens déjà solliciter les avis, les conseils ou même des témoignages de personnes se sentant comme moi...

Très rapidement, je suis un jeune homme de 26ans qui se pose énoooormément de questions existentielles depuis très jeune et qui recherche profondément à savoir qui il est vraiment. Etant en recherche très active depuis mes 16ans j'ai exploré de nombreux sujets religieux, psy et parapsychologiques et même si je trouve certains éléments importants beaucoup de zones d'ombres restent encore présentes.

Mon soucis se trouvant là : je pense être "surdoué" même si je déteste le concept de cette idée , spectre autistique quasi certain et pourtant je n'arrive pas à avancer dans ma vie...Je me sens vide et dénué de tout intérêt pour la "vraie vie", matérielle et corporelle...Rien ne m’intéresse et ne retient mon attention assez longtemps...Je me perds dans les différents domaines que j'explore sans jamais arriver à rassasier ma soif de savoir...

Niveau relationnel je n'ai aucun ami, je ne sais pas (ou ne veux pas) entretenir des relations amicales, je trouve ça futile et sans intérêt car je ne trouve quasiment personne qui me comprenne...La chance de ma vie est que j'entretien une relation amoureuse avec la même personne depuis maintenant dix ans, elle ne me comprends pas toujours mais essaie vraiment du mieux qu'elle le peut et je ne peux raisonnablement pas lui demander plus d'efforts qu'elle n'en fais déjà depuis tout ce temps.

En m'observant de plus prés je remarque que je "m'adapte" constamment , je ne reste jamais moi-même avec les gens que je rencontre..C'est difficile à décrire mais je "capte" la structure des gens et pour ne pas avoir à me "dévoiler" je reproduis un dérivé de cette structure ainsi les gens ont l'impression de parler avec un double d'eux-même et en sont satisfaits (du moins je crois) ce qui m'amène à des situations gênantes telles que des invitations que je refuse systématiquement et qui finissent par vexer ces personnes là...

Enfin bref je m'égare..Je voulais simplement savoir si avoir si peu d'attractions ou de passions était normal ou si c'est une forme "d'apathie" et si oui à quoi cela pourrait être dû
Comment faire pour améliorer mes rapports avec les gens en restant moi-même ? J'ai l'impression que personne ne me supporterait comme me supporte ma compagne...Je suis comme le "petit intello" de service qui devient barbant à force de poser des questions et de vouloir partager ses trouvailles...Ma vraie nature du moins une infime partie correspond à ce comportement là et je voudrais pouvoir vivre en étant moi-même y compris en dehors des 4murs de mon appartement...

Je remercie d'avance les gens qui auront lu jusque là ainsi que tout ceux qui pourront amener des éléments de reponses ou du moins des pistes de reflexions


Ps : Beaucoup me diront de consulter un professionnel et laissez moi vous dire que j'apprécie le conseil mais selon moi, je trouverais bien plus mon compte à discuter avec des gens comme "moi" qu'avec un professionnel...Je vois déjà quelqu'un pour des soucis anxieux et pour le coup là un professionnel et nécessaire.

Encore merci d'avance et prenez soin de vous.

Hadès.
SabrinaKilari
Messages : 12
Inscription : 04 janv. 2018, 21:55

Re: Suis-je vide?

Message par SabrinaKilari »

Bonjour, vous me faites beaucoup penser à mon copain qui lui aussi réfléchit énormément sur des questions existentielles, pleines de réponses lui viennent, et il a du mal à faire la part des choses, à savoir quel est la bonne réponse, parce que bien souvent il n'y a pas de "bonnes réponses" aux questions qu'il se pose. Il réfléchit sur beaucoup de choses en allant vers des choses horribles, qui lui font se sentir vraiment mal, j'essaye de le rassurer, de le faire penser positif, mais quand je fais ça, c'est plutôt lui qui justifie tellement bien ces réponses qui me fait tomber avec lui dans un état horrrible où je n'ai plus envie de rien faire, et où je me sens vraiment mal. Il est vraiment très intelligent (mais il déteste ce mot), et c'est ce qui lui fait pouvoir argumenter sur un tas de choses tout en ayant comme je lui dit, le cerveau tout emmêlé.
Il n'a pas non plus de grand intérêt pour la vie, autant il se passionne pour plein de choses, mais quand on lui demande de faire des choix, où ce qui l'intéresse, c'est comme si d'un coup il y avait juste un trou noire dans sa tête.
Il arrive quand même à être bien en faisant des activités normales, par exemple quand nous promenons dans la forêt avec des amis, ça lui plaît beaucoup il parle, il s'intéresse à tout, mais dés que la promenade est finit et qu'il retourne chez lui, il va sur son PC jouer à un jeu et après il commence à penser et réfléchir sur de mauvaises choses, ça vous fait cela à vous aussi?
Je suis désoler je n'apporte pas vraiment de solutions au problème, je voulais juste vous dire que vous n'étiez pas seul dans ce cas.
Une question me vient aussi? Est ce que votre copine arrive à vous rassurer ou à vous sortir vos questions de la tête? Et est ce qu'il vous arrive de lui mettre dans la tête des choses que vous regrettez ensuite? Je demande parce que mon copain quand il m'entraîne avec lui dans cet état horrible, après il s'en veut vraiment, bien sur je ne lui en veux pas, mais j'ai peur qu'à la longue ce soit le cas. Ca me rassure de voir que ça fait 10 ans que vous êtes avec votre copine. Moi ça fait 4 mois, et c'est vraiment l'homme de ma vie, je veux qu'il le reste indéfiniment !
Avatar de l’utilisateur
licornemagique
Messages : 908
Inscription : 08 juil. 2016, 21:36

Re: Suis-je vide?

Message par licornemagique »

On s'adapte face et avec les gens, moi j'interprète cela simplement par une imitation tout à fait naturelle, tel que le décrit cyrulnik dans ses écrits sur les neurones miroirs.
Vous pouvez aussi le voir de façon plus explicite face à de nombreuses expériences social.

Quand à rester "soit même", c'est évident, il suffit de prendre en compte tout se qui peut nous affecter dans chaque situation; je ne vais pas les nommer. Mais finalement, l'on est toujours soit même, quand bien même l'on à pas forcément la même aisance que si l'on était seul.

Bizarrement je me suis déjà demander si je n'était pas un peu autiste d'une certaine façon.
:!: Je ne suis pas psychologue :!:
Hadès
Messages : 4
Inscription : 03 mars 2018, 15:14

Re: Suis-je vide?

Message par Hadès »

Bonjour Sabrina et merci de la réponse

Effectivement la plupart de mes questionnements n'ont pas de "bonnes réponses" , il s'agit plus de concepts idéalistes qui ne débouchent géneralement sur rien de concret mais y reffléchir est comme une maladie : on y revient toujours...

Pour ce qui est de penser à des "choses sombres" oui cela m'arrive aussi mais tout ceci est determiné par mon humeur du moment, sinon en règle générale j'essaie de m'éviter les sujets un peu trop "dark" histoire de ne pas brusquer ma sensibilité

Oui ma compagne m'aide grandement, simplement en étant elle-même : terre-à-terre et très peu pencher dans la reflexion profonde...Mais il est vrai que lorsque qu'on touche à un sujet sensible, j'étale mes arguments pour soutenir mon point de vue et généralement il est difficile de me donner tort, pas que je sois omnipotent mais plutôt que je fais montre d'une logique implacable car froide et versée dans le cynisme le plus brut...Je viens parfois à moi même changer mon point de vue une fois que le "mal-être", le cynisme s'estompe un peu...

Si vous voulez un petit conseil qui remettent pas mal les choses en place avec les gens comme moi ; restez simplement présente lorsqu'il se questionne à s'en rendre malade et dites lui simplement que vous êtes là si il veut partager ce qui le mine, que vous ne cherchez pas à argumenter mais simplement à l'épauler car visiblement il semble souffrir un peu de ses sujets de reflexions...

Dans ces cas-là, il m'arrive de me rendre compte alors moi-même que je brasse trop d'idées noires et que develloper le dit sujet ne donneras rien de bon à part me rendre malheureux ainsi que ma compagne...
Avec les années je commence à comprendre que "ça" ne soignera jamais et qu'il faut que j'apprenne à composer avec ce trait de personnalité...Même si ce n'est pas rose au quotidien..

Et en effet la marche en forêt ou dans un bel endroit de nature restes le mieux pour moi car cela mobilise tous mes sens et mon attention, je n'ai donc plus le temps ni l'envie de me questionner dans ces moments là, le soucis étant que l'on ne peut être en pleine nature h24, sauf lorsque l'on s'appelle Frodon Sacquet =)
En espérant vous avoir apporté quelques petits conseils utiles ^^

Au plaisir

Hadès.
Hadès
Messages : 4
Inscription : 03 mars 2018, 15:14

Re: Suis-je vide?

Message par Hadès »

Bonjour licornemagique,

Je n'ai pas eu le plaisir de lire les travaux de Cyrulnik, j'irais me renseigner sur tout ceci très vite.

Pourriez vous malgrès tout en expliquer les bases (neurones mirroirs)?

Si vous faites reférence à la necéssité pour un être vivant de reproduire le schéma de ses semblables pour la survie, il me semble en avoir discuté il y a quelques temps ainsi que plancher dessus en solo : je dois dire qu'effectivement il y a de ça mais ce qui me gêne c'est l'ampleur que cela prend. Je me surprends moi-même quelquefois à me dire que cela va trop loin et que c'est quelque peu malhonnête de présenter une personnalité si différente de la mienne aux personnes que je rencontre...Je fais cela pour la simplicité je dois dire, ainsi que le côté "désengagement" personnel, comme si je me disais " si cette relation foire,je ne perdrais rien ou très peu de moi-même"

Le stade d' "autisme" pur et dur fait que nous ne serions pas là pour nous parler, je pense qu'effectivement vous devez être comme moi, atteint de "spectre autistique" très en lien avec le douïsme....Les sectaires du milieu vous dirons que nous ne pouvons parler de douïsme qu'une fois au-dessus des 130 de QI qui n'est qu'un test de logique mathématiques or nous le savons bien, un "petit génie" n'est pas forcément un Einstein junior, je renvoi ces personnes au génie musicaux, artistiques mais encore aux grands penseurs, les poètes etc etc
L'intelligence emotionnelle en somme...

Un exemple qui définis bien le spectre autistique peut être le mien : j'ai su lire et écrire en maternelle alors que je n'ai su faire mes lacets qu'en cours élementaire...Une prédisposition à l'abstrait? Je pense à quelquechose comme ça en effet ^^

Au plaisir de vous lire

Hadès.
Avatar de l’utilisateur
Scratch
Messages : 59
Inscription : 26 janv. 2017, 19:33

Re: Suis-je vide?

Message par Scratch »

Bonjour,

Puisque vous semblez chercher des pistes de réflexion et ne souhaitez pas vous adresser à un professionnel (ce qui reste dommage selon moi car il pourrait étayer votre compréhension) :
- Vous êtes-vous penché sur le trouble de personnalité limite, également appelé "borderline" ? Votre titre, "Suis-je vide ?", m'a interpellée et m'a fait penser à ce trouble de personnalité.
- Vous vous demandez si peu d'attractions et de passions est quelque chose de "normal". La vraie question est : "Est-ce que cela vous fait souffrir ou non ?"
- Votre démarche est-elle uniquement à but instructif (trouver des pistes de réflexion comme vous dites) ou souhaitez-vous plus exactement modifier quelque chose (être vous-même en dehors des 4 murs de votre appartement comme vous le mentionnez plus loin) ?

S'adapter aux gens, en capter la structure comme vous le dites, peut être une stratégie mise en place pour réussir à entrer en contact avec eux. Cela peut être lié à un trouble du spectre autistique comme vous le mentionnez et à des stratégies que vous auriez développées. La stratégie vous permet d'être adapté socialement, néanmoins, elle vous laisse l'impression de ne pas être vous-même car vous vous adaptez aux autres et non eux à vous, sauf s'agissant de votre compagne.
Pour préciser, il n'y a pas d'autisme pur et dur comme vous le mentionnez. La terminologie actuelle fait mention de troubles du spectre autistique, signifiant qu'il y a autant de formes d'autisme que de personnes touchées, le tout se plaçant sur un continuum allant d'atteintes légères à atteintes plus sévères.
Contrairement aux idées reçues et aux représentations, l'autisme n'est pas particulièrement lié à la douance. La plupart des personnes ayant un trouble du spectre autistique ont également un retard mental. De même, lorsque l'on parle d'autisme de haut niveau, on fait référence à des personnes ayant un QI normal et pas nécessairement un QI élevé, même si cela peut être le cas. Néanmoins, il existe chez les personnes d'autisme de haut niveau des ilots de compétences et des "maladresses" : cela me fait penser à votre description d'un enfant qui lit et écrit très tôt mais ne sait faire ses lacets que plus tard.
Je vous parle de ceci uniquement à but informatif, il est clair que seul un diagnostic (posé par un professionnel ^^) pourrait venir appuyer votre ressenti de trouble du spectre autistique et peut-être vous apporter de nouveaux éclairages et accompagnements pour vous épanouir davantage. Cela dit, comme ce n'est pas votre souhait actuel, vous pourriez envisager de discuter comme vous le dites "avec des personnes comme vous", pourquoi pas des personnes avec autisme de haut niveau ou Asperger pour en apprendre davantage sur vous...
Mon soucis se trouvant là : je pense être "surdoué" même si je déteste le concept de cette idée , spectre autistique quasi certain et pourtant je n'arrive pas à avancer dans ma vie...Je me sens vide et dénué de tout intérêt pour la "vraie vie", matérielle et corporelle...Rien ne m’intéresse et ne retient mon attention assez longtemps...Je me perds dans les différents domaines que j'explore sans jamais arriver à rassasier ma soif de savoir...

Être surdoué, avoir un Trouble du Spectre Autistique, malheureusement, cela ne présage pas d'avancer dans la vie ou dans la représentation que l'on peut avoir de la "vraie vie". Quelle est la "vraie vie" pour vous ? Pourquoi la vôtre n'est-elle pas aussi vraie ? Que signifient pour vous "matérielle et corporelle" ?
Vous mentionnez un professionnel qui vous suit pour l'anxiété, êtes vous face à lui comme face aux autres personnes ? En constante adaptation ?
Avoir beaucoup de questions existentielles et explorer de nombreux sujets peut être épuisant psychiquement. L'anxiété également peut être épuisante et avoir des répercussions, tout comme les ruminations mentales, tout comme d'exiger de vous une constante adaptation à tous alors que cela vous procure un sentiment de ne pas être "le vrai vous" en quelque sorte (explorez le thème du syndrome de l'imposteur, cela pourrait vous intéresser). Être fatigué psychiquement ne permet pas de trouver du sens et de l'intérêt durable...

Je me doute que mon éclairage est très mince, mais j'espère qu'il aura pu vous apporter un petit quelque chose.
Tout tend à l'équilibre.
Hadès
Messages : 4
Inscription : 03 mars 2018, 15:14

Re: Suis-je vide?

Message par Hadès »

Bonjour Scratch et merci de votre réponse
Rassurez vous votre éclairage n'est pas mince du tout et me donne beaucoup à reffléchir, je dois avouer qu'il est rare pour moi de tomber sur des gens qui tape autant "dans le mille" me concernant :)

Disons que je ne refuse pas catégoriquement de parler à un professionnel de tout ceci mais le contact est très rarement bon lorsque je parle de mes soucis, j'ai essayé avec la psychologue que je vois pour mes troubles anxieux de la lancer sur tous ces sujets mais il lui as semblé plus important de traiter mes crises d'angoisses latentes par le biais de l'EMDR que de devellopper tout ça...Et pour être tout à fait honnête je n'ai pas assez de moyens pour me permettre de "tester" différents pratiquants professionnels.. J'aurais énormement apprecié tomber sur quelqu'un qui a votre approche :)

Pour répondre :
- Oui je me suis interessé au trouble Borderline il y a quelques temps, des personnes qui "switch" facilement d'humeur avec des periodes "down" (état dépressif) et periodes "up" (état euphorique) c'est cela? En effet je m'y retrouve un peu dans le sens où je gère difficilement mes émotions et qu'un évenement X ou Y peut me mettre plus bas que terre pendant quelques jours mais là où je pense ne pas coller à cette "maladie" réside dans le fait que je trouve ces personnes très ancrées dans la matière en comparaison de moi-même qui suis très "éthéré"

- Oui le fait de ne pas avoir de passion me paraît être anormal, et il est vrai qu'avec les années je commence à en souffrir, j'envie les personnes qui sont "mordues" d'un domaine ou d'un autre alors qu'à côté, j'ai l'impression d'être vide, ma seule "passion" se résume à vouloir tout savoir, tout apprendre et plus la question est grande plus mon excitation l'est aussi (physique quantique, psyché humaine, anthropologie) mais sorti de ça, dans le "dur" rien ne me passionne vraiment, les choses qui "m'ancre" réellement sont la nourriture et la nature ^^

- Ma démarche est constituée des deux aspects que vous avez cités : instructive et en vue d'un changement, selon moi on arrive à changer seulement en comprenant et j'ai bon espoir d'en comprendre assez sur moi-même pour pouvoir enclencher une métamorphose

Excusez moi je suis en train de me rendre compte que ma réponse va être très longue et personnelle, j'apprécie énormement votre approche et souhaiterais poursuivre en privé, cela vous convient?

En attendant d'avoir le plaisir de rediscuter avec vous.

Hadès.
Avatar de l’utilisateur
Scratch
Messages : 59
Inscription : 26 janv. 2017, 19:33

Re: Suis-je vide?

Message par Scratch »

Disons que je ne refuse pas catégoriquement de parler à un professionnel de tout ceci mais le contact est très rarement bon lorsque je parle de mes soucis, j'ai essayé avec la psychologue que je vois pour mes troubles anxieux de la lancer sur tous ces sujets mais il lui as semblé plus important de traiter mes crises d'angoisses latentes par le biais de l'EMDR que de devellopper tout ça...Et pour être tout à fait honnête je n'ai pas assez de moyens pour me permettre de "tester" différents pratiquants professionnels..
- Qu'est-ce qui vous fait dire que le contact n'est pas bon lorsque vous abordez ce sujet ?

Il est possible qu'elle ait décidé de prioriser sans peut-être que cela vous soit apparu comme évident, peut-être ne vous l'a-t-elle pas signifié ? Il est possible qu'elle ait réfléchi en termes de priorité d'après ses connaissances, et il faut avouer qu'il est difficile de tout traiter en même temps. De plus, certains problèmes sont inter-dépendants et elle pense peut-être que traiter l'anxiété par EMDR pourra déjà vous aider. Ainsi elle pourra voir l'incidence de cette approche sur vos autres soucis et espère peut-être un effet de l'EMDR plus large que juste agir sur l'anxiété...
Pourquoi ne pas la réinterroger à ce sujet ? Dites-lui que les préoccupations dont vous parlez vous affectent beaucoup en ce moment et demandez-lui ce qu'elle pourrait faire pour vous aider. Avez-vous déjà commencé les séances d'EMDR ? Trouvez-vous une amélioration de votre anxiété ?
Dans quel contexte consultez vous cette psychologue ? En libéral ou en structure type CMP ?
Il est certain que vous ne pouvez pas tester tous les professionnels mais il faut trouver chaussure à son pied pour avancer et également l'approche qui vous convient. Tout le monde n'a pas la même orientation et ne pratique pas de la même façon. Enfin, d'humain à humain, il reste qu'avec certains on a ou non des atomes crochus...

Je comprends ce que vous ressentez par rapport au fait de ne pas avoir de passions. On vit dans une société qui cultive l'individuel, la performance, la comparaison sociale... J'ai envie de dire qu'il y a aujourd'hui une espèce de "pression" sur les loisirs. Il n'y a qu'à voir sur les réseaux sociaux, c'est à celui qui en fait le plus... Certains parents surchargent littéralement l'emploi du temps de leurs enfants en leur imposant quantité d'activités. On peut se sentir hors norme à ne pas fonctionner comme cela. En-dehors de cela je comprends très bien qu'on puisse se sentir soi-même désemparé de ne pas avoir de passion... Peut-être faut-il essayer de prendre du recul ? Votre grand besoin d'apprendre ne pourrait-il pas être cultivé d'une certaine manière pour devenir une passion ou un outil-passion, quelque chose qui vous permettrait de trouver un domaine très motivant ?
Après, nous ne sommes pas tous égaux face aux sujets qui nous aspirent : certains se concentrent sur peu, à fond, d'autres sont plus fluctuants, plus touche à tout, c'est aussi une question de personnalité et il faut parfois accepter ce que l'on est ou n'est pas...

Avez-vous envisagé de demander un diagnostic de trouble du spectre de l'autisme (TSA) ?
Les personnes avec TSA de haut niveau passent souvent entre les mailles du filet durant leur enfance et se questionnent à l'âge adulte car elles se sentent "à côté". Qui sait, même sans pouvoir s'exprimer davantage au sujet de l'existence d'un tel diagnostic, il y a peut-être un noeud au problème quelque part...
Tout tend à l'équilibre.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum adulte »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 35 invités