angoisse le soir

Forum adulte, aide psychologique gratuite
lapatte62
Messages : 1
Inscription : 20 oct. 2019, 23:49

angoisse le soir

Message par lapatte62 »

Bonjour à tous, j'ai une petite question, comment régler mon problème?
Je vous explique.
J'ai depuis environ 2 ans des angoisses le soir, la peur de la mort.
Le premier épisode a eu lieu en vacances, lorsque j'ai voulu rentrer dans la chambre où se trouvaient ma femme et ma fille de 3 ans à l'époque, je ne suis pas parvenu à entrer dans la pièce. J'ai eu une boule au ventre et les larmes me sont montées, sans vraiment de raison si ce n'est la peur de les perdre.
J'ai du sortir et parti marcher.
Depuis cela m'arrive régulièrement.
Lorsque je me trouve seul en bas le soir uniquement, ma femme et ma fille se trouvant dans leur lit, j'ai des angoisses qui arrivent. Je pense à la mort ( pas d'envie de suicide), la peur de l'après aussi bien pour moi que pour ma femme et ma fille et à moindre mesure mes proches. Là, j'ai alors du mal à respirer, j'ai les larmes qui me viennent, je sens comme une pression dans la poitrine et je ne parviens pas à m’ôter ces idées de la tête. Je ne peux pas m'endormir, je dois m'occuper et attendre l'épuisement pour m'endormir. J'ai peur d'avoir une grave maladie.
Cela arrive de plus en plus régulièrement. Je ne crois pas à la vie après la mort, même si j'aimerais y croire car le néant me fait vraiment peur.
Je n'ai jamais eu cela auparavant.
Comment puis sortir de cette situation?
En vous remerciant.
Vincent2
Messages : 54
Inscription : 22 août 2019, 08:57

Re: angoisse le soir

Message par Vincent2 »

C'est terrifiant l'angoisse de mort, il n'y a rien de plus angoissant que sa propre mort je crois.
"Quand nous sommes là la mort n'est pas là, et quand la mort est là c'est nous qui ne sommes plus là", cette phrase me rassure un peu.
Moi ce qui me terrorise ce n'est pas le néant mais le moment ou on va mourrir, mais j'imagine que c'est un peu comme quand on s'endort et ça me rassure, le sommeil et la mort sont frère et soeur je me dis.
Et si il y avait une vie après la mort...(?)
On sait vraiment pas grand chose sur la mort...comment une personne peut arrêter d'exister ? ça me semblerait plus logique qu'on soit immortel...
Mais si vos angoisses n'apparaissent que quand vous êtes seule dîtes vous que il y a d'autres gens qui sont eveiller et qui font la fêtes (y'en a le lundi le mardi le mercredi le jeudi et le vendredi"), écoutez la radio, penser à des choses positif...mais comme vous dîtes vous occuper je pense que vous le faîtes déjà et que vous avez déjà une tonne d'astuce pour lutter contre cette angoisse.
Ne pas exister...être vraiment mal quoi...c'est quelque chose qui me fait peur aussi. (peur étant un euphémisme)
Avant j'était suicidaire et maintenant j'ai une avidité pour la vie, un désir d'immortalité et d'infini.
Et au moment T ou vous avez écris ce message comment vous sentiez vous ? Qu'est-ce que ça vous a fait de venir écrire ici ? Et juste avant ?
Je ne peux pas vraiment vous aider désolé...mais vôtre message fais écho à certaines de mes peurs...
Mais si ces angoisses n'impacte pas le bien-être de vos journée j'ai envie de vous dire "ça va encore".
Cherchez d'abbord vous même d'ou ça peut venir, quand vous étiez en vacances...ça ne doit pas être un hasard...
Orphé
Messages : 265
Inscription : 28 sept. 2012, 17:31

Re: angoisse le soir

Message par Orphé »

J'ai vécu la maladie et le décès de mon mari. 6 mois d'agonie. 6 mois et une belle leçon de Vie parce que c'était un homme aimant, courageux et avec beaucoup d'humour jusqu'à son dernier jour.

Et bien sûr, les questionnements qui m'ont assaillie...et la peur de perdre notre fille de 15 ans à l'époque ou que je meurt et la laisser orpheline de mère aussi.

Mes angoisses m'empêchaient de profiter d'elle et elle de moi. Le temps passe et on ne le rattrape pas.

J'ai fini par accepter qu'il faut profiter de ce que l'on a quand on l'a et ne pas s'épuiser à lutter contre des choses sur lesquelles on n'a pas de prise.

Je n'ai pas fait ce chemin toute seule mon psychologue m'a bien accompagnée.

Pour sortir de quelque chose il faut le vouloir et être actif dans sa démarche.

Faites vous aider.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15791
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: angoisse le soir

Message par Dubreuil »

lapatte62 a écrit :Bonjour à tous, j'ai une petite question, comment régler mon problème?
Je vous explique.
J'ai depuis environ 2 ans des angoisses le soir, la peur de la mort.
Le premier épisode a eu lieu en vacances, lorsque j'ai voulu rentrer dans la chambre où se trouvaient ma femme et ma fille de 3 ans à l'époque, je ne suis pas parvenu à entrer dans la pièce. J'ai eu une boule au ventre et les larmes me sont montées, sans vraiment de raison si ce n'est la peur de les perdre.
J'ai du sortir et parti marcher.
Depuis cela m'arrive régulièrement.
Lorsque je me trouve seul en bas le soir uniquement, ma femme et ma fille se trouvant dans leur lit, j'ai des angoisses qui arrivent. Je pense à la mort ( pas d'envie de suicide), la peur de l'après aussi bien pour moi que pour ma femme et ma fille et à moindre mesure mes proches. Là, j'ai alors du mal à respirer, j'ai les larmes qui me viennent, je sens comme une pression dans la poitrine et je ne parviens pas à m’ôter ces idées de la tête. Je ne peux pas m'endormir, je dois m'occuper et attendre l'épuisement pour m'endormir. J'ai peur d'avoir une grave maladie.
Cela arrive de plus en plus régulièrement. Je ne crois pas à la vie après la mort, même si j'aimerais y croire car le néant me fait vraiment peur.
Je n'ai jamais eu cela auparavant.
Comment puis sortir de cette situation?
En vous remerciant.
La première fois s'est passée hors votre domicile " hors de chez vous ". Cela était empreint de " l'étrangeté ", quand on est pas dans son élément, chez soi. C'est inconscient, mais c'est de cela dont se nourrit l'angoisse, de nos ressentis inexplicables, de ce qui est " viscéral ", là où la sensation passe avant le raisonnement, là où iln'y a pas les mots. Plus les mots qui rassurent, ceux que l'on nous disait enfant, ceux que nous nous donnons quand la situation est encore dans le conscient.
C'est vers 6, 7 ans que l'enfant prend violemment conscience de la mort, de la perte des êtres aimés, et puis cela reste dilué, perdu dans les expériences existentielles.
Et cela revient, ponctuellement, plus ou moins accentué, selon notre fragilité du moment, des contextes, des soucis, des déboires, de la santé, mais aussi dans un trop plein de bonheur !
Rien n'est linéaire, tout fluctue, évolue. Nous vivons de fantasmes et de symboles, de croyances et d'espoir.
La nuit a toujours été propice à l'angoisse, cela remonte depuis la nuit des temps, quand les premiers hommes en étaient terrifiés. Ne pas comprendre, ne plus voir, ne pas savoir. C'est ce que nous passons à ressentir dans notre quotidien. C'est amplifié quand l'énergie du jour est apaisée. C'est le moment où arrivent la réflexion, les doutes, la peur.
C'est normal. C'est humain.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum adulte »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 32 invités