Est ce que j'ai un problème ?

Forum psychiatrie, psychiatre en ligne, problème psychologique, problème psychiatrique
Plume19
Messages : 5
Inscription : 05 juin 2021, 20:56

Re: Est ce que j'ai un problème ?

Message par Plume19 »

Bonsoir,
Je crois que je vois, là où vous voulez en venir sur la question de la psy. Je n'avais jamais réfléchi au fait qu'elle devait signaler ma situation vu que personne ne l'avais fait. C'était assez évident de plus. Des cicatrices par multiples restent quand même difficile à louper.
J'avoue, que ça m'y fait réfléchir. Mais que n'aime pas, le fait que personne ne se soucie de moi. Et pourtant, l'évidence est là.
Pour ma famille, c'est très compliqué. Je m'exprime peut être pas dans le bon ordre. De 0 à 11 ans, j'ai vécu avec mes parents et ma soeur. De 12 à 15 ans, j'ai vécu chez ma mère avec ma sœur. Et de 15 à aujourd'hui, je vis chez mes grands parents avec mon père et ma sœur. Si je suis partie de chez ma mère, c'est grâce à ma psy. Mais je ne voulais pas la décevoir, je ne voulais pas qu'elle sache pour mon père pour pas qu'elle me sépare de toute ma famille alors je lui ai dit quand j'ai été majeure.

Oui j'ai peur de tout changement possible et c'est en ça que je dis que c'est mon choix de rester là. C'est que j'ai trop peur d'une suite possible. Je sais qu'ils profitent de moi. Je sais qu'ils ne m'ont jamais aimé, mais je préfère rester avec eux en sachant que je peux survivre que d'aller ailleurs sans savoir ce qu'il m'arrivera.

Pour mon imitation des enfants, je me suis rendue compte que c'est plus un tic. Je le fais, quand je n'ai plus de mot pour m'exprimer donc en général quand je suis très fatiguée.

Vivre ou mourir, telle est là question pour moi... Je fluctue très très souvent entre ces deux choix là. Une part de moi à vraiment envie de vivre et de s'amuser et une autre ne veux plus souffrir et ne veux pas affronter les difficultés. J'ai conscience de l'immaturité dont je fais preuve, mais je n'arrive pas à voir ma vie et juste me dire ok, tu as moins de chance que les autres, mais c'est pas grave, tu n'aura pas plus de bonheur après, non tu auras un handicap de peur qui t'empêchera d'être heureuse. Je n'aime pas la fatalité et pour moi, vivre en est une.

Je crois savoir néanmoins où se trouve une parcelle de joie. D'espoir, pas encore mais le terreau est fertile. Auprès des enfants dans les centres de loisirs. Les voirs me vident l'esprit et me permets de ne pas avoir peur du jugement pendant quelques heures.
J'adore m'occuper des maternelles, ils sont adorables et veulent tout le temps jouer avec moi. Ils veulent que je soigne leur bobo et que j'écoute leurs histoires. Et je le fais avec grand plaisir.
Avant d'avoir ce job, je ne pensais pas que j'aimerais ça à ce point. J'ai vraiment l'impression d'être l'adulte, la référente, donc une personne à part entière. Je répare le lien enfant adulte que j'aurai dû avoir avec conviction.
Pour vous dire, je suis quelqu'un de très douce, d'effacé et de très peureuse. Mais avec les enfants, j'ai la force de rétablir la justice, d'aller les consoler, de prendre les devants ou des initiatives. Je ne me laisse pas marcher sur les pieds, mais je veille à être juste et équitable avec tout le monde. En ça, c'est peut être une vocation. On dirait que j'ai fait ça toute ma vie et j'ai la carrure pour. Et c'est bien la première fois que je me trouve assez bien pour quelque chose.
Comme vous le dites, avec les enfants je ne pense plus à moi, je pense à eux. Je ne suis plus la victime.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum psychiatrie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités