toc ou fantasme?

Forum TOC (trouble obsessionnel compulsif)
Répondre
momobac
Messages : 11
Inscription : 04 mai 2020, 22:46

toc ou fantasme?

Message par momobac »

Bonjour,

j'ai un souci.je sens que j'ai perdu ma virilité,depuis que je me dis peut être que je suis pédophile.j'ai des pensées bizarres,je suis parfois attiré par de jeunes adolescentes physiquement.Je trouve cela pas normal.y a pleins de questions que je me pose:si je suis pédophile,les gens me casseront la gueule?,est ce que les femmes vont m'aimer? et pleins d'autres.c'est comme si je n'ai plus de défense en tant que homme.

j'ai perdu bcp d'estime envers moi même.je sens que je n'ai plus de fantasmes envers les femmes,mais des fantasmes homos.chaque fois que je veux me masturber sur un porno ou il y a une femme,j'ai des pensées homos refoulées(fellation,soumission,urine et toute cette merde).parfois,je suis la femme dans le porno.

j'ai remarqué,quand je suis confiant et je me sens plus homme,je n'ai pas ces pensées qui prédomine sur ce que je veux penser.quand je me suis masturbé ,c'est comme vide,c'est comme juste une pensée forte qui veut s'apaiser.Je me sens pas bien à cause de ça,sincèrement.je retiens mon sexe au dernier moment,car c'est là ou la pensée est plus forte.

est ce un fantasme?je ne sais pas.est ce du au porno?je sais que le fantasme est construit,il n'est pas là par hasard.je sais que tout cela vient des images de porno.ça m'apprendra de regarder du porno shemale et autre porno déviants.le porno m'a gaché et me gache encore la vie,avec des fantasmes inacceptables.

est ce que l'anxiété et le manque de confiance en soi casse les barrières psychiques de refoulement?.je voudrais me masturber comme à l'époque sans pensée qui prédomine.

je sais que quand je retrouverai confiance en moi,je fantasmerai sur les femmes normalement.

Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15572
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: toc ou fantasme?

Message par Dubreuil »

Si vous aviez déjà eu des rapports sexuels avec une femme, et avec un homme, vous auriez déjà une bonne partie de la réponse.
Mais vous devez être un jeune adolescent.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.

momobac
Messages : 11
Inscription : 04 mai 2020, 22:46

Re: toc ou fantasme?

Message par momobac »

bonsoir,

j'ai 28 ans,je n'ai jamais eu de relation sexuelle avec des femme et des hommes.je voudrais faire ma vie avec des femmes.j'ai eu un blocage dans ma tête ces temps ci,qui a fait que j'ai perdu l'estime de moi même.je sais qu'en corrigeant ce blocage,je n'aurais plus ces pensées.mais pour l'instant,je n'arrive pas à les débloquer.tant que je n'ai pas débloquer mes problemes,j'aurais tjs ces pensées.avant un blocage à cause de ma perte d'estime en tant qu'homme,je n'avais pas de problemes de fantasmes ou de toc.

Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15572
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: toc ou fantasme?

Message par Dubreuil »

Allez parler de cela; et de visu, avec un psychologue clinicien, et si vous osez, offrez-vous les services d'une personne avisée dans ce domaine.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.

momobac
Messages : 11
Inscription : 04 mai 2020, 22:46

Re: toc ou fantasme?

Message par momobac »

Vous ne pouvez pas diagnostiquer ce cas?.ce que je sais de ces pensées,c'est surtout des mêmes pensées intrusives(tout le temps,des choses que je crains).Malheureusement,je n'arrive pas me masturber tranquillement

momobac
Messages : 11
Inscription : 04 mai 2020, 22:46

Re: toc ou fantasme?

Message par momobac »

je ne prends plus la peine de refouler ces pensées intrusives.

momobac
Messages : 11
Inscription : 04 mai 2020, 22:46

Re: toc ou fantasme?

Message par momobac »

je n'arrive pas à me concentrer sur ce que je veux imaginer:fantasmer sur une femme à la plage par exemple.la pensée humiliante est toujours là.

Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15572
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: toc ou fantasme?

Message par Dubreuil »

Vous ne pouvez pas diagnostiquer ce cas?.ce que je sais de ces pensées,c'est surtout des mêmes pensées intrusives(tout le temps,des choses que je crains).Malheureusement,je n'arrive pas me masturber tranquillement
[/quote]

Allez parler de cela; et de visu, avec un psychologue clinicien, et si vous osez, offrez-vous les services d'une personne avisée dans ce domaine.
C'est un avis professionnel et n'insistez pas SVP, je ne peux rien ajouter d'autre.
Vous pouvez demander l'avis d'Antony, sexologue sur ce forum.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.

momobac
Messages : 11
Inscription : 04 mai 2020, 22:46

Re: toc ou fantasme?

Message par momobac »

si je vous ai contacté par message,c'est que vous vous êtes vous même psychologue clinicienne.Sois vous n'avez pas de réponse,je vous comprends ou soit ce n'est pas un sujet qui vous plait,ou soit vous ne voulez pas me dire la vérité concernant ce cas.si j'insiste,c'est que je me sens troublé.

Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15572
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: toc ou fantasme?

Message par Dubreuil »

Le travail du psy n'est pas divinatoire, il consiste à aider le patient à se questionner sur le pourquoi de ses symptômes, car la solution est en lui, puisque c'est lui qui les a développé.
C'est à partir de ce que lui dit le patient qu'il va pouvoir faire " des liens " entre la passé et le présent de celui-ci.
Le rôle du psy n'est pas celui d'un médecin qui DONNE les bons médicaments, ni celui d'un père ou d'une mère, ou d'un parent ou ami, désolé de ce qui se passe, ou qui souffre de ne pas trouver la solution et les bons mots.
Il ne s'agit pas de sujet qui plaise ou non, le psy garde sa neutralité, et son rôle n'est pas de ressentir ou de ne pas ressentir de l'empathie pour le patient, il écoute la plainte, mais son rôle n'est pas d'y participer. Simplement de faire en sorte que la personne puisse en parler et comprendre que son trouble vient de quelque chose de plus profond que ce qui se voit ou se ressent dans la réalité.
Il est souvent impératif de consulter une personne non impliquée dans notre histoire, quelqu'un qui a appris à rester neutre, à écouter sans juger, à proposer sans imposer.
Votre " vérité", " vous la connaissez, c'est votre symptôme. C'est la souffrance que votre corps et votre esprit vous font ressentir, vous donnent à voir. Et votre réponse est très douloureuse, parce que vous ne vous posez pas " la bonne question " qui est à l'origine de ce mal-être.
Parce que vous vous arrêtez à la manifestation de cette souffrance, et que plus vous y pensez, plus vous voulez qu'elle s'en aille, plus elle vous pèse et vous angoisse. Alors que de cesser de lui donner de l'importance, déplacer votre intérêt ailleurs, dans les souvenirs où elle s'est insidieusement enracinée, vous aidera à en comprendre le message et traiter en priorité la cause, et non ses effets.
Un médecin ( généralise ou psychiatre ) donne des médicaments pour écraser la douleur mentale, pour qu'elle cesse. Mais elle reste tapie dans un coin de notre inconscient et reviendra dans d'autre manifestations somatiques.
Un psychologue clinicien ne prescrit pas de traitement psychiatrique, il accompagne pas à pas son patient pour l'aider à mettre des mots sur cette souffrance, à la faire monter à la conscience, la parler, la faire sortir enfin. A éradiquer cette douleur qui le paralyse et l'empêche d'être maître de sa vie et de son désir.
Et qui ne reviendra plus parce qu'elle aura été acceptée, comprise, assumée.
Le psy n'est qu'un témoin, un " passeur " du réel au symbolique, et à l'imaginaire. C'est par ses connaissances et sa propre analyse, qu'il avance des propositions de questionnement à son patient. Jusqu'à ce que ce dernier les reprennent à son compte, et arrive peu à peu à décanter, atteindre, et résoudre, à son rythme et dans le respect de sa personnalité, le cœur de son conflit psychique, qui n'est autre que le pourquoi de la réponse qui le fait tant souffrir.

Vous mélangez pédophilie et homosexualité.
Vous mélangez désir et fantasme.
Allez parler de cela en face à face avec un psy. Vous avez besoin de faire le point dans une thérapie.

Vous avez peur d'être homosexuel, mais pourquoi ? De par le monde ily a des centaines de milliers de personnes homosexuelles qui vivent tranquilles dans leur identité sexuelle, qui sont aimées et reconnues comme telles, des êtres puissamment intelligents et créatifs qui contribuent à faire avancer l'humanité dans la liberté et la tolérance.
Etre homophobe est aussi une pathologie, un trouble qui se doit d'être reconnu et travaillé s'il est source d'angoisse pour celui qui le vit.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum TOC »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité