Mon baluchon

Pour parler de tout et de rien en dehors de la psychologie.
Minijeune
Messages : 1580
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Message par Minijeune »

Bonjour!
Je suis un peu en remise en question.
Je sens beaucoup d'équilibre dans ma vie, et encore là, ma remise en question n'est pas vraiment stressante pourl'instant, mais je crois qu'elle est quand même nécessaire!

2 mois plus tard, alors que je ne m'attendais vraiment pas à ça...j'ai reçu un courriel de la Commission scolaire Crie pour me dire qu'ils avaient retenu ma candidature à Chisa pour le poste d'agente en réadaptation (poste directement en lien avec mon domaine d'étude). Ils veulent me passer en entrevue... vu que ça avait pris autant de temps que ça, je croyais qu'ils avaient simplement rejeté ma candidature...

Puis moi, de mon côté, j'ai remonté la pente au travail, je me suis mise à faire des plans d'intervention avec mes intervenantes pour arriver à être capable de déménager au mois de juillet en n'ayant que ma psychologue en suivi... comme, je trouve que j'ai enfin atteint un équilibre dans ma vie, à me sentir bien... même si je sais que rien n'est parfait.

Dans ma vie professionnelle, ça va beaucoup mieux qu'au mois de septembre, où j'avais eu ma rencontre de probation... et qu'on me l'avait prolongé...
À ce moment-là, je venais de passer une periode de crise assez intense. Je ne me sentais pas solide, et je sentais qu'on allait me rejeter imminemment... et que j'allais me retrouver sans emploi. Je me sentais aussi rejetée par mon amie Cath et toute sa famille, y compris la fin de mon rôle de marraine. Je sentais que plus rien ne me retenait ici, et que de partir dans le Nord, c'était peut-être la meilleure manière de survivre à tout ça... parce que j'ai plein d'amis là-bas, parce que j'avais le feeling que j'avais besoin d'être entourrée, faire parti d'une communauté... et l'idée d'être à Chisa était vraiment interessante... avoir mon logement... partir loin... ne plus être proche de ce qui m'alimentait négativement... les intervenants, l'hôpital... on dirait que l'idée d'être loin de tout ça me sécurisait, comme si mon simple bon vouloir n'allait pas être assez... je voyais la proximité des services comme une menace, comme si j'allais succomber à la tentation...

Puis est arrivé mes déceptions, que les emplois sur lesquels j'avais appliqués, ne voulaient pas de moi...
Et je voyais tout en noir... jusqu'à temps que j'ais des petites surprises positives... augmentation de salaire, savoir que mes amis du Nord revenaient l'an prochain dans le coin... Mais je me suis aussi surprise, personnellement... ça fait 3 mois, et en 3 mois, j'ai l'impression d'avoir été capable de me prouver que je pouvais être bien toute seule! La solitude, qui était pour moi insupportable, l'était beaucoup moins... ce feeling d'être en train de grandir.

Je ne sais pas, le départ de ma psychiatre a comme été plus symbolique que ce que j'aurais pensé... c'est comme si cette coupure était un peu celle d'un adolescent qui allait vers l'extérieur de son cercle familial... qui se permettait de ne plus dependre de ses parents... qui prenait son envol. Et ce sentiment de libération que j'ai ressenti... il est resté pendant tout ce temps là. On dirait que c'est à partir de là que les changements se sont opérés, comme si je renonçais à la prise en charge, que j'avais tourner une page de mon histoire et que je me permettais d'aller de l'avant. Et je teste encore le tout, je l'expérimente et c'est positif...

Alors ce que je comprends, c'est que j'intègre vraiment plusieurs choses, que je connaissais théoriquement, mais que je ne me permettais pas de vivre... et je sais que peu importe où je vais me trouver, si je suis bien, seule avec moi-même ici, je le serai n'importe où...

Rester ici, vivre mes suivis jusqu'à la fin, prendre confiance en moi... déménager en juillet, continuer de travailler là où je suis, continuer d'apprendre mon rôle de coordo avec la gestion des ressources humaines... ça fait du sens pour moi. En même temps, ce n'est pas vrai que tout est blanc... il y a beaucoup de nuances. Je sais qu'en ce moment, ça va bien pour moi... mais qu'à la base, je vivais quand même un conflit de valeur avec mes patronnes et avec l'organisme pour lequel je travaille... et juste hier, j'ai eu une preuve!

Mon animatrice qui est enceinte et qui est retirée du milieu de travail pour sa santé et sa securité, et celle du bébé, vu la covid, m'a fait une demande de prendre sa paye de vacances pendant le temps des fêtes. Elle m'a rempli le formulaire de demande de congé... mais ça l'a fait du chiale avec ma DRH... elle m'a renvoyé 2 fois le formulaire... et finalement, elle me demande de le refaire faire, en disant qu'elle pensait que la signature de l'animatrice n'était pas sa signature...?? Il faut dire que depuis le début, je sens qu'elle met de la pression sur l'employée et qu'elle fait vivre quasi du harcèlement psychologique... mais vraiment par en-dessous. Tout bogue, tout est plus compliqué, alors qu'elle n'a jamais rushé sur aucune demande de congé des autres animateurs ou de mes collègues, surtout qu'on est en télétravail la majorité du temps. Et c'était un peu ce que j'avais ressenti avec moi... rien n'est correct quand tu es dans leur mire de pointe. Et elles font sentir leur résistance, on a l'impression de ne pas être competent ou qu'elles ne nous aiment pas... et qu'elles le font sentir pour qu'on prenne la décision de partir, de démissionner... et je suis contre cette manière de faire les choses... je suis consciente que j'ai été smart pour monter des projets qui allaient augmenter l'ego de mes boss... et qui allaient leur donner un certain standing, les faire bien paraître de diriger le secteur qui entreprend des projets qui prennent une envergure inattendue. Je les ai nourri, comme je nourrissais mes parents, en pondant des réussites et en ayant la certitude que ça pouvait faire changer le vent de bord... mais je sais très bien que je pourrais revenir dans leur mire... et qu'à la limite, on se rapproche aussi de personnalité perverse narcissique... et c'est justement le genre de personne envers qui j'ai envie de m'éloigner...

Et finalement, mes amis du Nord vont sûrement rester une année de plus la-bas... pour pouvoir finir de payer leur maison qu'ils veulent s'acheter près d'ici... et je me rends compte que je ne dois pas prendre mes décisions en fonction de leur lieu de résidence... mais c'est certain que les primes d'éloignement et de rétention sont super intéressante... qu'en allant là bas un an, je m'assure de pouvoir mettre un cash down sur un condo en revenant. Et ça aussi c'est intéressant... mais ça voudrait dire de devoir me trouver un autre emploi en revenant ici... et pour vrai, c'est pas trop quelque chose qui m'enchante de devoir changer autant de fois que ça.

J'ai envie de stabilité...
Et en ce moment, j'ai aussi la chance de prendre une décision éclairée, pas dans l'urgence, ni dans l'impulsivité, et de bien peser les pours et les contres!
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15958
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Mon baluchon

Message par Dubreuil »

mais je sais très bien que je pourrais revenir dans leur mire... et qu'à la limite, on se rapproche aussi de personnalité perverse narcissique...
*** Chacun d'entre nous peut avoir une " certaine perversité " plus ou moins consciente, et qui nous arrange bien pour se " venger " sur d'autres de ses propres difficultés, asseoir son statut, etc... c'est à l'autre d'être vigilant et ne pas trop en prendre ombrage, si cela ne " le détruit pas ", c'est injuste, mais très humain !
Par contre il y a cette différence en " perversité ponctuelle " classique (!) et perversion. La perversion, c'est vraiment la pathologie, avec tout ce que vous avez déjà subi. Et les symptômes que vous avez pu lire dans les posts.
( Si vous souhaitez que votre petit baluchon reste exempt de mes quelques interventions, Qu'il ne soit " qu'à vous dans le fluide de vos idées, je comprends fort bien, et je peux les effacer une fois que vous les aurez lues )
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Minijeune
Messages : 1580
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Message par Minijeune »

Bonjour,
Merci encore une fois de me proposer de garder mon baluchon "vierge" de ce qui pourrait me sembler comme une intrusion dans mon petit monde de reflexions.
Mais soyez sans crainte, si jamais je n'étais pas en accord avec vos interventions, ou que je me sentais mal lorsque vous me répondiez, je serais en mesure de vous le dire. Vous savez, en janvier 2021, ça va faire 7 ans que je suis active sur le forum! Quand on regarde ça comme ça, je me rends compte que ça fait longtemps... et que j'ai l'impression d'avoir bâti une relation de confiance avec vous. À chaque année, j'ai toujours envie de vous écrire une carte de Noël et vous l'envoyer outre-mer pour vous remercier de tout le temps que vous prenez... mais je respecte aussi vos limites personnelles parce que vous mentionnez ne pas vouloir de mail! C'est pour ça que je prends souvent le temps de vous remercier!

J'apprécie beaucoup vous lire.
Je considère que mon baluchon est important pour moi. C'est une petite mine d'or qui parle de mon cheminement... je suis partie de loin pour me rendre où je suis! Tout le travail que je fais avec ma thérapeute est payant pour moi, je récolte maintenant le fruit de mes efforts quotidiens. Ça fait du bien. Je sais que vous n'êtes pas ma thérapeute ou mon intervenante, mais vos réponses, les interactions que j'aies avec vous m'ont permis d'avancer aussi, de pousser plus loin mes réflexions, d'avoir un avis extérieur!

Pour ce qui est de ma directrice des ressources humaines, vous savez ce que je pense... c'est qu'il y a une grande blessure derrière le fait qu'elle n'ait pas d'enfants. Je pense ça à cause de la résistance que je sens par rapport au fait que mon employée soit enceinte. Et ma collègue coordonnatrice m'a aussi dit que quand elle a eu ses 2 congés de maternité, elle sentait aussi cette pression là, et surtout celle de ne pas retomber enceinte. Ma DRH a 35 ans. Elle me fait un peu penser à moi... elle trippe sur Disney World, elle a plein de photos de profil avec des enfants (ses neveux et nièces), elle parle souvent de son filleul ou du fait qu'elle garde ses neveux et nièces... elle a travaillé longtemps en camp de jour... mais elle est célibataire et il y a bien des choses que je ne connais pas sur elle. Mais pourquoi est-ce qu'elle réagirait autant pour une chose en particulier... ce sujet semble sensible... elle a même oublié d'envoyer les papiers de mon employée à la CNESST (santé et securité au travail)... j'ai parlé avec mon employé hier vs sa demande de conge et tout... elle m'a dit ça, que la DRH avait oublié et qu'elle n'avait pas reçu de paye depuis septembre... On dirait que ça ossille à l'intérieur de moi entre penser que c'est de la mauvaise foi, ou penser que c'est des actes manqués et que c'est de la colère refoulée ou de l'envie qu'elle vit par rapport aux grossesses des autres. La seule chose, c'est que ce n'est pas de mes affaires... le seul truc que je peux faire, c'est de backer mon employée dans un sens, et lui dire que je ferai les suivis avec ma supérieure.
Minijeune
Messages : 1580
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Message par Minijeune »

Petite période plus difficile depuis quelques jours.

Premièrement, j'étais SPM...
On dirait que mes émotions sont decuplées dans ces temps-là. Je crois, la pire journée, c'était hier.

Je suis en deuil.
Je me rends compte qu'en plus d'être en deuil de mon Noël en famille, même si c'était quasi invivable... ça remplissait le vide. Je suis aussi dans le deuil de mon Noël de l'année dernière, avec mon amie Cath, sa grossesse, sa famille, les chats, les jeux. J'avais vraiment eu du fun et je me projetais, à ce moment précis, de passer le temps des fêtes encore avec eux cette année... mais bon, ainsi va la vie. Je ne pouvais pas prévoir ce qu'il s'est produit. Je ne pouvais pas savoir qu'on ne se parlerait plus...

Et je pensais aussi à nos traditions de Noël entre amie. Nos fameuses predictions qu'on fait depuis des années. Et là, je pensais au malaise qu'on allait ressentir... parce que c'est une tradition full importante pour moi... mais qui implique mes grandes amies: Cath, Lau, Caro et Cath... même si elle n'est pas dans ma vie en ce moment. Et je crois qu'on va organiser une soirée zoom, pour les faire. Mais Cath prendra la decision d'être présente ou pas... et si elle est là, ça risque de tourner un peu le fer dans la plaie, surtout si elle nous montre Hugo... et si elle n'est pas là, en lisant les prédictions, je vais ressentir le manque quand même... alors peu importe, je dois vivre les émotions associées, le rejet que je vis. Cath m'avait fait une demande, qu'on soit amie fb à nouveau pour que j'aille accès aux photos et au développement de Hugo... mais elle m'a bloqué de ses stories... alors je ne vois rien, mais tout mon monde voit ses photos, tous mes proches sont amis avec elle... même ma soeur... et me dise ce à quoi je n'ai pas accès. Je ne sais pas si c'est juste une impulsion face à un sentiment de rejet intérieur qui me donne envie de ça... mais j'aimerais tellement juste la deleter de ma vie. Et le plus triste c'est que ce n'est pas parce que je ne l'aime pas, ou que je ne l'ai pas aimé... c'est parce qu'elle m'a fait le plus gros cadeau de ma vie, en me demandant d'être marraine de son fils... j'ai eu peur de m'attacher, d'avoir un rôle important, parce que j'avais peur d'être blessée... et j'ai été vraiment blessée...

Sur le coup, pour survivre, j'ai juste fait comme si je ne la connaissais pas, que je ne l'avais jamais connu... pour essayer de juste pas trop souffrir... ça m'a permis de remonter la pente de ma descente aux enfers de cet été, de retrouver de la stabilité dans mes différentes sphères de vie... mais je lui en veux... je lui en veux d'avoir mis sa santé et celle du bébé en jeu... je l'avais dit que je ne serais pas capable de cautionner si jamais elle faisait du mal à son enfant... et c'est arrivé... et j'ai signalé la situation... et on connait le restant de l'histoire... je suis fâchée contre elle d'avoir agi comme ça... et qu'en quelque part, ça ait brisé notre amitié... ne pas l'avoir dans ma vie, ça crée un vide quand même. Et je dois l'accepter.

En tout cas.
Tout ça pour dire que dimanche, j'étais irritable. J'étais avec ma soeur et on écoutait notre émission de téléréalité... et il n'y avait pas de contenu, c'était plate... et c'est la première bordée de neige qu'on a reçu aussi... et à 22h, ma voisine a décidé de sortir pelleter... et mon autre voisine arrêtait pas de rentrer et sortir de son appart, ça faisait du bruit et j'étais super intolérante. Et je rageais contre ma meilleure amie (Lau) parce qu'elle m'a invité à Noël dans sa famille et qu'elle me mettait de la pression pour que je fasse un isolement de 1 semaine avant Noël pour pouvoir aller chez ses parents qui ont 65 ans. Je me suis mise à me sentir anxieuse, ayant l'impression que je ne serais pas capable de vivre mes premières vacances depuis vraiment trop longtemps... à Noël, sans structure (job, rv avec thérapeute et intervenants)... à devoir m'isoler pour passer une soirée plus ou moins attendue... quand elle, elle verra la famille de son chum le 24... et le 25, on se verra... mais sans que moi je puisse voir des gens. C'est un peu lourd... et comme, j'étais tellement incertaine que j'ai failli juste lui envoyer de la merde par écrit pour briser la relation...

Mais je me suis contenue. J'ai été capable de me dire que je me sentais anxieuse... que j'avais peur parce que être 17 jours en congé de suite... c'est plus long que mes petits 4 jours que j'ai été capable de me prouver que j'y arrivais sans avoir des craving d'hospitalisation et sans acting outer... c'est un défi de taille... et j'ai peur de m'ennuyer... mais je sais quand même que c'est normal d'avoir des moments d'ennui parfois! Et que je dois laisser de la place à la souffrance que je dois vivre et aux deuils que je devrai assimiler.
Répondre

Revenir à « Espace détente »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités