Mon baluchon

Pour parler de tout et de rien en dehors de la psychologie.
Minijeune
Messages : 1841
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Message par Minijeune »

Mon esprit est fragile.
Je viens de voir tout ça en ce moment.
Je vis beaucoup de fatigue... hier, j'avais une grosse journée au travail. Nous avons fait un événement qui a rejoint 100 personnes à l'organisme communautaire où je travaille. Il y avais beaucoup de stimuli mais j'ai réussi à passer à travers. L'événement fut un succès. Les enfants se sont bien amusés. Plusieurs ont dit que c'était la meilleure journée qu'ils passaient depuis un bout de temps. Nous avions un jeu gonflable, un magicien. Nous avons fournis le pique-nique pour toutes les familles! C'était vraiment nice!! Hier soir, on est allé manger en gang au resto. C'était très cool aussi!

Mais ce matin, j'étais K.O.
J'ai dormi jusqu'à midi. J'avais un manque d'énergie assez intense. Aujourd'hui, j'avais une journée popote de planifiée avec Thibaud. Il était venu me voir à l'hôpital en m'apportant plein de bouffe... je me sentais redevable donc j'ai pensé aller faire une grosse épicerie pour faire des grosses batch de bouffe. On a fait un potage à la courge musquée, poireau, pomme et gingembre j'ai fait des galettes à l'avoine et aux raisins, des galettes aux framboises, noix de coco et chocolat noir, d'autre galettes déjeuner au matcha, graines de tournesol, chia et canneberge. On a un gros Chili qui est dans la mijoteuse. Et on a fait des poivrons farcis au quinoa, lentilles, tomates, coriandre et lime.

C'était quand même ambitieux comme plan.
Tout l'après-midi, j'avais ce besoin d'être seule, d'avoir mon espace... je tolérais assez mal la présence à Thibaud. Mais ce n'est pas pour ça que mon esprit est fragile. Il s'est encore passé 2 événements distincts, mais qui font des liens entre-eux. Ce matin, en lisant les nouvelles, j'ai été portée à lire un article sur un homme qui avait tué une femme aux États-Unis, parce que selon lui, elle était sataniste. On dirait que j'avais besoin de m'assurer qu'il n'y avait pas de liens avec ce que j'avais vécu la semaine dernière et les affaires de satan... la seule chose que j'ai lu, c'est que la femme morte s'appelait Georgette, le même prénom que ma grand-mère maternelle qui est décédée en 1999, 4 jours avant mes dix ans. Mais rien ne confirmait ou infirmait l'expérience que j'avais vécue la semaine précédente.

Mais en après-midi, il s'est passé quelque chose qui remet tout en question... et je ne comprends pas. Je me dis qu'il n'y a rien à comprendre mais en même temps, je ne comprends pas le hasard des choses... si c'est juste un synchronicité d'événements... comment se fait-il que ça arrive en ce moment.

On était assis à table, Thibaud et moi. On était en train de farcir les poivrons. Quand j'ai eu terminé, en reculant ma chaise pour me lever, j'ai accroché l'étagère qui était derrière moi... et le dernier souvenir de ma grand-mère Georgette, celui qu'elle m'a autorisé de choisir dans son armoire vitrée remplie de bibelots (j'adorais cette armoire, je pouvais l'observer vraiment longtemps), juste avant son décès (elle est morte d'un cancer généralisé), un bibelot représentant un ange... tout blanc, une jeune fille, avec les ailes dorées (en plus c'est moi qui lui avait donné à Noël l'année précédente)... est tombé... et l'ange a perdu ses ailes... une aile a brisé... et là est arrivé le mind fuck... les liens qui se sont faits... entre le meurtre de Georgette aux USA, le satanisme et l'ange... les symboliques des choses... mais l'anxiété m'a monté dans le tapis... vraiment intensément... et j'ai voulu prendre du Zyprexa... mais surtout voulu que Thibaud quitte... je ne voulais pas qu'il me voit dans cet état. Je lui ai expliqué ce qu'il se passait, en lui nommant que je savais que ça clochait dans mon cerveau et que j'avais besoin de prendre un PRN... mais je me sentais tellement mal... mal dans ma tête... à remettre en question... à essayer se comprendre ce message que je tente de décoder... mais juste en étant fâchée contre le hasard...
Minijeune
Messages : 1841
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Message par Minijeune »

J'ai tellement peur qu'une porte ait été ouverte et de ne jamais pouvoir la refermer...
Le Zyprexa m'a fait du bien. Mais j'ai peur de devenir schizophrène... j'ai encore mon insight par rapport à moi! Je crois que c'est positif!! Mais j'ai peur que ça prenne vraiment plus de place et que cette capacité disparaisse...
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 16983
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Mon baluchon

Message par Dubreuil »

L'analyse a cela de fâcheux, c'est qu'elle nous incite à rester plus attentif à soi-même, que la normale. Il est vite fait "d'interpréter" les signes du "réel" en les amenant à s'adapter, à se "calquer" sur nos émotions du moment.
Et c'est une erreur, car nous avons tout pour nous laisser porter par la simplicité des choses.
La signification que nous donnons aux évènements ne doit pas dépasser le simple constat que nous en faisons. Par ex : Je suis amoureuse d'Olivier, et comme "par hasard" je lis ce prénom partout, dans les réclames d'alimentation, en jardinerie, en symbolique. alors qu'auparavant j'étais passée indifférente devant des milliers de signes le concernant !
Quand vous aurez du temps, lisez : Le délire d'interprétation et la folie systématisée [article] L'Année psychologique Année 1910 17 pp. 251-269.
Il faut calmer le jeu. (le JE)
Qualifications de Dubreuil : Educatrice spécialisée - Psychomotricienne - Psychologue clinicienne - psychanalyste
Glise Annabel Hypnothérapeute humaniste -Tél : 06 61 80 53 18
Minijeune
Messages : 1841
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Message par Minijeune »

Bonsoir,
J'essaie très fort de calmer le jeu...
Mais on dirait qu'il faudrait que je m'enferme dans une pièce toute noire, pendant des jours, juste pour ne plus être stimulée par rien... il y a des éléments déclencheurs qui partent dans tous les sens.

Je ne comprends pas, qu'hier soir, quand je paniquais, j'essayais d'appeler au centre de crise mais ça l'a pris 3 fois avant que j'aille la ligne... il y avait un problème ou je ne sais pas quoi. Aujourd'hui, mon téléphone de job ne se connectait pas automatiquement, ça me disait que mon nom ou mon mot de passe n'était pas ok... donc incapable de boir si j'ai des appels... et c'est un système vraiment différent que mon cell... puis ensuite, mon optométriste m'a appelé pour me dire que je n'étais jamais allée essayer mes lentilles cornéennes pour jouer au soccer... chose que je n'ai pas fait depuis des semaines. J'ai juste abandonné... puis quand j'ai essayé de rappeler, ça sonnait sans fin, sans tombé sur une boîte vocale quelconque... les téléphones et les ordinateurs ne veulent pas collaborer avec moi... c'est quand même difficile à comprendre pourquoi.

J'avais un rendez-vous avec ma gynécologue aujourd'hui parce que je suspecte avoir un kyste ovarien à nouveau. J'étais préparée au pire... le stress de l'examen gynécologique mais finalement, elle est vraiment cool parce qu'elle va me faire passer une écho pelvienne a la place, pour avoir un examen diagnostic non invasif. Ça m'a fait avoir encore plus confiance en elle. Elle a voulu palper mon ventre pour voir si elle pouvait le sentir, elle a dû lever ma jaquette et l'infirmière auxilière m'avait demandé de retirer mes sous-vêtements... j'étais un petit vers à choux encore une fois... je crois que je ne pouvais pas plus croiser les jambes que ça... alors même si j'ai confiance, je suis quand même méfiante et inconfortable...

Bref, après, je suis allée marcher avec Marianne de la maison xy. Je m'étais mis ça à mon horaire comme filet de sécurité après mon rdv. Finalement, en parlant avec elle, je me suis rendue compte que je n'étais quasiment plus capable de trouver un lien de causalité entre tout ce que je vis et un déclencheur. Je sais que je déclencheur doit être le départ de Kathia et la coupure avec l'ancien hôpital... cela dit, la gynéco est encore dans cet hôpital parce qu'elle ne me voyait pas en clinique externe a cause du risque de décompensation... mais là, vu que je ne suis plus suivie là en psychiatrie et que ça me torture de retourner là, j'ai demandé d'avoir un papier de demande de transfert pour le nouvel hôpital. La gynéco m'a donné 3 noms de filles avec qui elle a étudié et qui selon elle, étaient vraiment bonnes! Je vais attendre avant de prendre une décision de transférer... voir si je suis capable de vivre avec une certaine nuance... ne pas tout rejeter de mon côté parce que l'urgence et la psychiatrie m'ont rejeté...

Bref, tout ça pour dire que je suis allée marcher avec Marianne... mais ça ne m'a pas aidé... je ne sais pas si c'est parce que peu importe, rien ne pouvait m'aider à ce moment précis... ou si c'est parce que plus je parlais, plus je devenais agitée... on dirait de ne plus savoir pourquoi est-ce que je capote avec des liens d'ange, de satan... de mort... c'est totalement hors du sujet du sentiment d'abandon que je peux ressentir mais en ce moment, ces idées prennent toute la place... j'en oublie Kathia et tout le tralala... je suis juste en conquête de trouver un sens à tout ce que je vis, un message codé entre deux sensations/perceptions/interprétations... et c'est comme si toute les valves étaient ouvertes... ça roule là-dedans... mais de me poser la question... ça ne va pas, pourquoi? Et de ne pas être capable de répondre... juste de dire qu'il y a des liens qui se créent, que c'est souffrant, que j'ai l'impression de perdre la tête... au moins, la médic m'aide. La seule chose qui est difficile, c'est de devoir vaquer à mes responsabilités... et je ne peux pas être molle à cause d'une médic qui pourrait affecter mon jugement, mon énergie, mon attention. La première chose que j'ai faite en arrivant à la maison a été de me claquer un Zyprexa 2.5mg. Ça l'a calmé de quoi dans mon cerveau mais pourtant, ça ne change pas la sensation de souffrace que je vis.

Ce soir, aux nouvelles, il y avait un truc de manifestant contre les doses de vaccin... avec un bonhomme satanique... il était marqué: 1 dose, 2 doses, overdose. Et je me suis demandée si c'est ça que je devais faire... j'i rempli mon 2e pot de pillules... que je conserve au cas-où... si je veux mourrir... mais bon, pour l'instant, je questionne encore ce message... j'ai 2 doses de vaccin... mais j'ai pas l'intention de prendre toute la médic accumulée dans les prochaines heures, ni même les prochains jours. C'est comme un ativan dans ma sacoche... first, je suis intolérante aux ativan... ça me fait vraiment badtriper... donc c'est un mauvais exemple... mais bon. Une chose à la fois... peut-être que demain sera une meilleure journée. Au moins, je suis en télétravail donc je pourrai prendre mes prn.
Minijeune
Messages : 1841
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Message par Minijeune »

Bonsoir,
Aujourd'hui, ma tête n'en peut plus...
Entre les effets secondaire du zyprexa... (je mange tout le temps et j'ai vraiment pris du poids dans les dernières années à cause de ça, qui a fait décompenser mon trouble alimentaire... mais bon... ) et les effets positifs de la médication, je tente du mieux que je peux de faire mes journées comme si de rien était, avec en tête l'objectif que le monde extérieur ne se rende pas compte à quel point je ne vais pas bien.

Je ne vais pas bien au point que mes idées suicidaires ont augmenté, par dessus le marché... je ne sais pas pour quoi me battre...
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 16983
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Mon baluchon

Message par Dubreuil »

Je ne vais pas bien au point que mes idées suicidaires ont augmenté, par dessus le marché... je ne sais pas pour quoi me battre...
+++ Vous prenez des "drogues" psychiatriques qui vous font décompenser tout en vous donnant l'illusion d'aller mieux.
C'est dans l'optique de réduire vos traitements dès que vous "allez mal" qu'il faut travailler. Vous n'avez peut-être pas besoin de prendre une médication dès que vous vous sentez anxieuse, vous avez appris à dépasser cela avec courage, non ?
Qualifications de Dubreuil : Educatrice spécialisée - Psychomotricienne - Psychologue clinicienne - psychanalyste
Glise Annabel Hypnothérapeute humaniste -Tél : 06 61 80 53 18
Minijeune
Messages : 1841
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Message par Minijeune »

J'avoue que je suis mind fuck ce matin...
Ce serait la médication que je prends qui me ferait décompenser?

Je me drogue de manière légale...?
Mais pourtant, je n'ai pas le feeling de tripper... c'est le contraire, je badtripe. C'est pas recréatif comme prise de drogue en fait... c'est vraiment pour essayer d'être le plus fonctionnelle possible.

Est-ce que ça fait de moi une personne non vourageuse si j'ai besoin de la médication pour ne pas ressentir de symptômes psychotiques... ou peut-être que c'est induit par la médication que je prends... mais comment savoir? A qui je dois faire confiance...? Je ne sais plus... j'ai cette impression que mon monde s'écroule... mais peut-être que tout n'est qu'illusion... je sais pas.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 16983
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Mon baluchon

Message par Dubreuil »

Rappelez-vous les moments sereins quand vous aviez très peu de traitement...

induit par la médication que je prends... ?
*** Oui, les effets-rebond. Comme un effet de jouer au yoyo, dès que "ça ne va pas ",vous ne vous donnez peut-être pas assez le temps de vous calmer toute seule. Dans ces cas là, il est en impératif de faire "physiquement" quelque chose, ou de dérouter ses pensées en s'occupant intellectuellement d'une façon vive et intéressée.
C'est un cercle vicieux qui s'alimente de lui-même; on soigne ponctuellement son angoisse avec des médicaments qui donnent d'autres angoisses.
Privilégiez des dérivatifs ( exercices de pensées positives, par ex )
Qualifications de Dubreuil : Educatrice spécialisée - Psychomotricienne - Psychologue clinicienne - psychanalyste
Glise Annabel Hypnothérapeute humaniste -Tél : 06 61 80 53 18
Minijeune
Messages : 1841
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Message par Minijeune »

Bonjour,
Je suis de retour à l'hôpital.
C'est ma meilleure amie qui m'a rentré de force.
Je voulais partir à l'autre bout du monde, sentir le vent et les marées. Tout ça à cause d'une chanson agreable que j'avais en tête et qui me donnait envie d'aller sur le bord de la mer. Étrangement... c'est le mal de mère que j'ai en ce moment. La mère institutionnelle... la réaction au changement d'hôpital et au départ imminent de Kathia. Bref, on m'a dit que j'avais des symptômes hypomaniaques un peu... mais je voulais prendre le temps de leurs expliquer que je ne suis ni psychotique, ni bipolaire. Je suis juste dans une passe difficile et très émotive... je ne réussis pas à me sentir moins envahie... je cherche comme des réponses autour de moi parce que je ne réussis pas à trouver une réponse logique ou valable à mes yeux concernant ce que j'ai vécu... on dirait que de juste être dans l'acceptation radicale, nouveaux termes apportés par la psychiatre ce matin, est impossible... j'étais un peu moins speedée aujourd'hui et j'ai même été capable de voir et de mentaliser sur la raison pour laquelle ma tête fait autant de liens... je sais que c'est de l'évitement... c'est comme une patch pour ne pas voir ce qui me fait réellement mal... ce sentiment d'abandon vécu encore et encore... j'essaie sûrement de me protéger mentalement, mais en ce moment, j'ai plus l'impression de virer folle devant tout ce que ma tête de fait voir, me fait vivre.

Au moins, malgré mes symptômes, ils vont descendre mon Zyprexa... ils ont augmenté ma sertraline à 150mg pour tenter d'avoir un effet sur mon anxiété... on est revenu a la base... et oui, je prends mes moyens aussi pour essayer de relaxer, de me ressourcer à l'ntérieur de moi.

Ça fait une journée que je suis sur l'étage. Je ne sentais un peu mieux... mais en sortant dehors, on dirait que ça me stimule... quand je suis revenue a l'intérieur, je sentais que ça allait juste exploser d'intensité. Comme, tout va vite... mes pensées vont vites... mes jambes vont vites... j'ai l'impression d'être plus expressive, tant verbalement que non-verbalement. C'est de l'agitation physique et mentale et c'est souffrant dans un sens!

La psychiatre est assez gentille. En fait, elle m'a dit que j'étais ici pour avoir un point de repère... refaire mon filet de sécurité et essayer de développer un sentiment d'appartenance à la nouvelle équipe... peut-être pour arriver à me sentir moins anxieuse au départ de Kathia... elle veut aussi que je pleurs... que je puisse vivre mes émotions, sécuritairement. Elle m'a dit qu'ils m'offriraient ce lieu ou me grounder... mais aussi, une possibilité de pouvoir prendre contact avec l'hopital PB (ancien hôpital), pouvoir parler une dernière fois aux personnes symboliques pour moi.

On dirait qu'avoir le temps me donne aussi envie de porter plainte. Porter plainte contre le préposé qui m'avait dit que je pouvais bien me suicider... et contre l'hôpital et la façon qu'on m'a transféré ici. Ça l'a été fait de manière inhumaine et sans me prendre en considération. Je ne voulais pas aller dans cette direction parce que justement, j'essayais d'éviter de rouvrir se chapitre de ma vie que j'ai tenté d'enfouir au fond de moi... mais ce sont toutes ces émotions là que j'ai besoin de vivre.

Ils me donnent une semaine pour commencer mon cheminement. Je trouve que c'est acceptable mais c'est quand même un gros défi! Et là, la psychiatre ne veut pas me droguer... elle veut au contraire que je vive mes émotions. Chose que je trouve positive.
Répondre

Revenir à « Espace détente »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités